France - Carnet Photographique


Hydrographie de la France : Seine, Rhône et Loire

Carnet photographique : fleuves de France
14/04/13

Hydrographie de la France : généralités

L’organisation du réseau hydrographique de la France est commandée par l’agencement du relief. Véritable château d’eau alimenté par les précipitations apportées par les perturbations venues de l’Atlantique, le Massif central constitue la principale ligne de partage des eaux entre les bassins versants tributaires de la Manche, de l’océan Atlantique et de la mer Méditerranée.


L’Atlantique reçoit les eaux des réseaux hydrographiques de la Loire et de la Garonne, ainsi que de nombreux fleuves côtiers (Aulne, Blavet, Vilaine, Sèvre Niortaise, Charente, Adour). La Manche reçoit les eaux des bassins de la Somme et de la Seine, ainsi que celles des fleuves côtiers de Normandie (Orne) et de Bretagne septentrionale (Rance). Les cours d’eau tributaires de la Méditerranée sont représentés par le

Photo de la Seine
La Seine à Paris. Photo. Emmanuel BUCHOT

réseau hydrographique du Rhône moyen et inférieur et de son principal affluent, la Saône, ainsi que quelques fleuves côtiers (Var, Hérault, Aude). Le Rhin et son affluent la Moselle, la Meuse et son affluent la Sambre, et l’Escaut, s’écoulent vers la mer du Nord.

Les fleuves de France : la Loire

Les quatre principaux fleuves de la France sont la Seine au nord, la Loire à l’ouest, le Rhône à l’est et la Garonne au sud-ouest. Ils se caractérisent par des débits et une extension relativement modestes comparés aux grands fleuves européens (Danube, Volga).

Plus long fleuve français, la Loire (1 020 km) prend sa source au pied du mont Gerbier-de-Jonc, à 1 400 m d’altitude, dans les monts du Velay (Massif central). Elle draine un bassin de 115 000 km2 (en comparaison, celui du Danube s’étend sur 800 000 km2).

Son débit moyen est d’environ 1 000 m3/s à son embouchure. La Loire connaît un régime très irrégulier, marqué par de hautes eaux hivernales et par un étiage estival très prononcé, avec un débit de 200 m3/s à la fin de l’été.

Le fleuve se réduit alors à d’étroits chenaux séparés par de larges bancs de sable. Mal domestiquée, coulant au-dessus de sa plaine inondable du fait de l’exhaussement de son lit (ensablement) et entre des levées (turcies) aménagées et consolidées par l’homme, la Loire est réputée pour ses crues brutales et parfois catastrophiques, avec un débit pouvant atteindre jusqu’à 9 000 m3/s. Ses principaux affluents sont la Nièvre et la Maine pour la rive droite, l’Allier, le Cher, l’Indre, la Vienne, le Thouet et la Sèvre Nantaise pour la rive gauche. La Loire se jette dans l’océan Atlantique par un long estuaire où se sont implantés deux grands ports, Nantes et Saint-Nazaire.

Le Rhône

Le Rhône

Le Rhône (813 km, dont 522 km en France) est un fleuve puissant, le plus important en termes de débit (1 500 m3/s en moyenne à son embouchure contre 6 500 m3/s pour le Danube). Il prend sa source dans les Alpes suisses (glacier du Rhône), à une altitude de 1 850 m environ, puis pénètre en France, au-delà de Genève et du lac Léman. Il draine un bassin de quelque 100 000 km2. Alimenté par des affluents au régime très diversifié, venant des Vosges (Saône), du Jura (Ain), des Alpes (Durance, Isère) et de la bordure du Massif central (Ardèche), il se caractérise par un débit important toute l’année. Ses principaux affluents sont l’Ain, la Saône (sous-affluent : le Doubs), l’Ardèche et le Gard pour la rive droite ; l’Isère, la Drôme, l’Aigues et la Durance (sous-affluent : le Verdon) pour la rive gauche. Il a formé à son embouchure, dans la mer Méditerranée, un vaste delta (Camargue)

Le Rhône
Le Rhône est aujourd’hui domestiqué sur la quasi-totalité de son cours. Il a bénéficié d’un plan d’aménagement mené depuis les années 1930 par la Compagnie nationale du Rhône (CNR), reposant sur la construction de barrages, d’aménagements hydroélectriques, d’équipements industriels et sur le développement de l’irrigation. Malgré ces importants travaux, le débit du fleuve n’est pas totalement maîtrisé à ce jour. Il peut atteindre jusqu’à 10 000 m3/s lors de crues brutales et souvent dévastatrices, comme celles de l’automne 1993. Importante voie de passage, la vallée du Rhône, au sud de Lyon, est devenue, grâce à ces aménagements, un axe industriel et urbain majeur de l’espace français.

La Seine

La Seine le matin

La Seine (776 km) draine un bassin de plus de 80 000 km2. Elle prend sa source dans le plateau de Langres, en Bourgogne, à 471 m d’altitude. Bénéficiant d’une alimentation homogène, elle possède un débit moyen relativement faible (autour de 500 m3/s à son embouchure), caractérisé par un régime de hautes eaux hivernales et de basses eaux estivales, mais le fleuve peut néanmoins connaître des crues exceptionnelles ou de graves étiages, rendus de plus en plus rares, toutefois, par les importants aménagements hydrauliques (bassins-réservoirs) réalisés dans le bassin supérieur du fleuve.La Seine constitue l’axe majeur de peuplement et d’activités économiques de la France. Ses principaux affluents sont l’Oise, la Marne et l’Aube pour la rive droite, l’Yonne, le Loing, l’Eure et la Risle pour la rive gauche.

La Seine le matin. Photo. Emmanuel BUCHOT
La Seine se jette dans la Manche par un long estuaire où se sont établis deux grands ports, Rouen et Le Havre. © . Sources Encarta. Pour aller plus loin Wikipedia.
Photos des pays et villes visités