Carnet Photographique

La Grèce entre 1914 et 1918


Nikolaos Plastiras
Nikolaos Plastiras

Lorsque le conflit mondial éclate, la Grèce proclame sa neutralité. Une neutralité stricte est toutefois impossible. Favorable à l’Allemagne, Constantin Ier, fils et successeur de Georges Ier depuis mars 1913, rencontre bientôt l’opposition du Premier ministre Venizélos, chef du Parti libéral et favorable aux Alliés. En 1915, son gouvernement cherche à deux reprises à soutenir ouvertement les Alliés, mais le roi, qui refuse tout engagement, met son veto.

Révoqué en 1916, Venizélos fonde à Thessalonique un gouvernement insurrectionnel qui est reconnu par le Royaume-Uni et la France. C’est en 1917 que les Alliés obligent le roi à abdiquer en faveur de son deuxième fils, Alexandre, et que la Grèce peut faire son entrée officielle dans la guerre aux côtés de la Triple-Entente dès le mois de juin. En contrepartie de son engagement, les traités de Neuilly (1919) et de Sèvres (1920) attribuent à la Grèce la Thrace, le territoire de Smyrne (voir Izmir) et de nombreuses îles égéennes.

Après la mort d’Alexandre Ier et l’échec de Venizélos aux élections de 1920, un plébiscite rappelle le roi Constantin, malgré la désapprobation des Alliés, qui retirent leur soutien aux Grecs, alors engagés dans une offensive en Anatolie.

En effet, les traités de paix qui ont mis fin à la Première Guerre mondiale sont dénoncés par la Turquie de Mustafa Kemal Atatürk, et de nouveaux affrontements opposent les troupes turques à l’armée grecque.

Après la défaite de la Crète en 1922 face à l’armée turque, une dictature militaire, sous l’égide du général Nikolaos Plastiras, partisan de Venizélos, oblige Constantin à abdiquer.

Son fils aîné, Georges II, souverain fantoche aux mains de l’armée, lui succède en octobre 1922. Les victoires éclatantes des Turcs contraignent les Grecs à signer, en 1923, le traité de Lausanne : Smyrne et la Thrace orientale sont rendues à la Turquie, et près d’un million et demi de Grecs d’Asie Mineure sont échangés avec les minorités turques de Grèce. Cet épisode, resté dans la mémoire collective des Grecs comme la « Grande Catastrophe », n’est pas sans répercussion sur la situation économique déjà fragile du pays. "Grèce" © Emmanuel Buchot. Sources utlisées Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site