Les socialistes au pouvoir au Portugal – 2004 – 2013

Les socialistes au pouvoir au Portugal – 2004 – 2013

Le Portugal – Carnet Photographique


3/10/14

Crise politique au Portugal – 2004

Le départ de José Manuel Barroso à la tête de la Commission Européenne entraîne une crise politique au Portugal. Le parti socialiste demande la dissolution du parlement. Le président en fonction, J. SAMPAIO propose au parlement de former un nouveau gouvernement. Pedro Santana Lopes est nommé premier ministre. C’est l’ancien maire de Lisbonne et le nouveau président du parti social démocrate. Cela conduit à une grande crise politique. Démission d’Eduardo Ferro Rodrigues, secrétaire du PS portugais. Compte tenu de la situation, le président du Portugal dissout le parlement et de nouvelles élections législatives ont lieu le 20 février 2005.

Arrivée des socialistes au Portugal – 2005

José Socratès Portugal – Photo Rémy Mauviniere
José Socratès premier ministre du Portugal

Les élections de février 2005 au Portugal donnent une victoire éclatante au parti socialiste. Il gagne avec 45 % des suffrages contre 28,7 % pour le parti social démocrate. Toutefois, la joie de la victoire sera de courte durée. Le pays est en crise ; le taux de chomage est élevé, les salaires avaient fortement baissé lors de la législature précédente. Les socialistes ne parviennent pas à redresser le pays. En octobre 2005, les socialistes perdent les élections municipales et surtout, ils perdent la présidentielle du 22 janvier 2006. Le vainqueur est le candidat de la droite, Anibal Cavaco Silva. Une cohabitation, un peu à la française se met en place.

Les réformes au Portugal en 2007 – 2009

L’arrivée au pouvoir de la droite coïncide avec la grave crise économique mondiale de 2008. Des réformes vont alors être lancées. Malgré la cohabitation, un certain consensus se forme au niveau de la classe politique portugaise. Elles sont tournées vers une consolidation des comptes publics, une résorption des déficits, une réduction du chômage et une relance de l’économie. Concrètement, les effectifs de la fonction publique sont réduits de 15 à 25 % ; l’administration publique est restructurée avec des contrats de droit privé pour certains fonctionnaires.

Malgré une bonne résistance du pays dans la crise, le chômage reste élevé et le parti socialiste qui était majoritaire au parlement perd la majorité absolue lors des élections législatives de septembre 2009. Or, le parti social démocrate ne parvient pas non plus à obtenir la majorité. Une certaine défiance s’est installée contre les élites politiques. J. Socrates (PS) est nommé premier ministre en novembre 2009, sans être majoritaire.

Son programme est tourné vers l’investissement public, l’aide aux PME, la mise en place d’un pacte pour l’emploi.

Une crise économique majeure 2009 – 2014

La crise économique est majeure. La récession se poursuit ; le chômage continue sa progression. Le premier ministre J. SOCRATES propose un nouveau plan de rigueur. Rejété par le parlement, le premier ministre démissionne.

Les élections législatives de juin 2011, se terminent avec une lourde défaite du parti socialiste et une large victoire du partis social démocrate. Le nouveau chef de gourvernement est alors Pedro Passos Coelho. Il s’agit d’un véritable libéral. Les mesures d’austérité s’enchainent : Suppression de jours fériés, baisses des prestations sociales, suppression du 13ème mois pour les fonctionnaires, allongement de la durée du travail, privatisations, hausse de pression fiscale, réduction des allocations chômage, augmentation des cotisations sociales.

Ecrit par © "Le Portugal" . Sources utilisées Encarta, Larousse, Universalis.