Carnet Photographique

Le Burkina au 19ème siècle


Maurice Yameogo
Maurice Yameogo

Au xixe siècle, le pays doit de nouveau faire face aux tentatives des talibés (disciples) d’El-Hadj Omar, des Bambara de Ségou, des Peul du Macina. Ces derniers islamisent, vers 1810, l’Est voltaïque. En 1895, Samory Touré tente de se constituer un État dans la savane. Les Français, qui craignent d’être pris de vitesse par les Britanniques dans la région, profitent des craintes soulevées par cette tentative de conquête chez les souverains locaux pour établir un protectorat sur le royaume mossi de Ouagadougou, en 1896, tandis que les autres royaumes mossi, affaiblis par des querelles dynastiques, sont également placés sous leur domination.

Début du 20ème siècle


De 1904 à 1919, ces nouveaux territoires de l’Empire colonial français sont rattachés à la colonie du Haut-Sénégal-Niger, intégrée à l’Afrique-Occidentale française. En 1916 se développent d’importants mouvements de résistance à la conscription. Les Mossi constituent l’essentiel des bataillons de « tirailleurs sénégalais » qui combattent aux côtés des troupes alliées durant la Première Guerre mondiale. Ils sont appelés ainsi parce qu’ils embarquent pour le continent européen à Dakar.

En 1919 est créée la colonie de Haute-Volta. En 1932, un an après qu’une grande famine a ravagé le pays, la Haute-Volta est démembrée sous la pression des colons européens de Côte d’Ivoire, du Soudan français (actuel Mali) et du Niger. Elle constitue en effet un important réservoir de main-d’œuvre pour les plantations et la construction du chemin de fer Ouagadougou-Abidjan. Le centre et le sud de la Haute-Volta sont annexés à la colonie de Côte d’Ivoire, le nord intégré au Soudan français et l’est au Niger. Le travail forcé, l’impôt (et la répression des soulèvements) ont déjà profondément marqué les consciences ; ils sont encore renforcés. Le pays, dont beaucoup d’habitants ont combattu pour la France libre sur les champs de bataille européens de la Seconde Guerre mondiale, retrouve son unité en 1947.

1958


En 1958, la Haute-Volta devient une république autonome au sein de la Communauté française, sous la direction de Maurice Yaméogo, chef de l’Union démocratique voltaïque. En 1959, elle adhère au Conseil de l’Entente, organisation qui regroupe les pays francophones de la région, Côte d’Ivoire, Niger, Dahomey (actuel Bénin) et Togo. Le pays accède à l’indépendance le 5 août 1960. Yaméogo, demeuré président de la République, instaure un régime de parti unique, appuyé sur l’Union démocratique voltaïque.

Exportations et importations


En janvier 1966, les mesures d’austérité prises par le gouvernement provoquent un soulèvement populaire encadré par les syndicats et les partis progressistes. Le président Yaméogo est contraint de laisser le pouvoir au chef d’état-major, le colonel Sangoulé Lamizana, qui bénéficie de la confiance de la population. Celui-ci prend la tête du Conseil supérieur des forces armées et élabore un nouveau plan de remise en ordre de l’économie. En 1970, il promulgue une Constitution instaurant l’élection du président au suffrage universel pour quatre ans et garantissant le multipartisme. Une dizaine de partis politiques participent aux élections législatives de 1971. Mais, alors qu’un conflit frontalier oppose la Haute-Volta et le Mali sur la bande d’Agacher, riche en minerais, l’armée reprend le pouvoir en 1974, annonçant le retour au régime de parti unique.

Une première grève générale, en décembre 1975, marque l’émergence d’une contestation populaire entretenue par les syndicats, jusqu’à la chute du gouvernement militaire en 1977. Une nouvelle Constitution, approuvée par référendum, restaure le multipartisme, limité cependant aux trois principaux partis. En 1978, le général Sangoulé Lamizana est élu président de la République à l’issue d’une élection pluraliste mais marquée par une très forte abstention.

En 1980, le blocage des salaires et l’augmentation du prix des denrées de base (riz, sucre, sorgho, mil) suscitent une nouvelle vague de mécontentement, entraînant un coup d’État militaire, qui porte au pouvoir le colonel Saye Zerbo. Bénéficiant d’abord du soutien de la population, il suspend les institutions et instaure un Comité militaire de redressement pour le progrès national. Deux ans plus tard, alors que la situation économique s’est dégradée davantage, de jeunes officiers renversent Zerbo, à la faveur d’un mouvement de grève. Le nouveau gouvernement militaire est dirigé par le capitaine Thomas Sankara, tandis que le médecin-commandant Jean-Baptiste Ouedraogo s’empare de la présidence du pays. "Burkina" © Ecrit par E. BUCHOT. Sources : Encarta, Wikipedia

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Le Canada

Photos Infos Canada

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays

Infos site