Carnet Photographique

Elections libres de 1994


Joaquim Chissano
Joaquim Chissano

Après quinze ans de guerre, des élections libres peuvent enfin être organisées en 1994. Le nouveau gouvernement, dirigé par Pascoal Mocumbi, entreprend de reconstruire le pays. Il faut rétablir la production alimentaire, réintégrer dans la société les anciens combattants, obtenir la restitution des armes en circulation et éliminer le banditisme. L’attention est surtout portée sur les dizaines de milliers d’enfants que le conflit a laissés orphelins, mutilés, n’ayant droit ni aux soins ni à l’éducation — durant le conflit, la Renamo a systématiquement enrôlé des enfants, enlevés dans leurs villages et soumis à des entraînements brutaux ; selon les études menées depuis, dans le sud du pays, les enfants-soldats, âgés de onze ans en moyenne, représentaient jusqu’aux deux tiers de certaines unités combattantes.

En mars 1995, les institutions financières internationales accordent au Mozambique un prêt pour mettre en place les réformes économiques et réduire la pauvreté. Après son entrée dans la Communauté des pays de langue portugaise en juillet 1996, le Mozambique tente de régler les séquelles de la guerre et de ses alliances. Le banditisme est demeuré un problème majeur. Les anciens combattants n’ont pas tous rendu leurs armes, et sur un million d’armes légères en circulation dans le pays, seules 200 000 auraient été remises aux autorités. Les tensions entre le Frelimo au pouvoir et la Renamo sont toujours très fortes.

En 1996, l’économie du pays a tout juste retrouvé le niveau de 1981 : le taux de chômage est proche de 40 p. 100, l’inflation a atteint 22 p. 100 et la dette extérieure a absorbé 35 p. 100 du montant des exportations. Néanmoins, la Banque mondiale et le FMI s’engagent dans un plan d’aide de trois ans, tandis que le Mozambique obtient une remise de 80 p. 100 de la dette par le Club de Paris. Les responsables attendent beaucoup de l’essor économique des pays voisins, dont le Mozambique est le débouché privilégié pour leurs exportations. Le « couloir de Maputo » qui relie la capitale et sa vaste baie aux régions industrielles sud-africaines est, en fait, le principal poumon du pays, en même temps que celui du Botswana, du Lesotho et du Swaziland.

Une situation politique instable


La situation politique reste cependant instable, et les relations entre le président Chissano et le chef de la Renamo demeurent tendues, notamment au lendemain des élections municipales de 1998 (boycottées par l’opposition) et, surtout, après les élections législatives et présidentielle de 1999. Alors que le président Chissano et le Frelimo en sortent vainqueurs, les manifestations de protestation de l’opposition débouchent sur une répression meurtrière, qui accentue les tensions entre le pouvoir et la Renamo.

Une reprise du dialogue au début de l’année 2001 permet cependant le retour progressif à un fonctionnement régulier des institutions. Bénéficiant toujours du soutien des institutions financières internationales, Joaquim Chissano s’engage à lutter contre les deux principaux fléaux qui minent le pays : la corruption et la pauvreté — en dépit d’un taux de croissance d’environ 10 p. 100, la moitié des Mozambicains vit toujours dans la pauvreté, et le taux de chômage s’élève à 50 p. 100. Ces efforts sont toutefois menacés par les inondations catastrophiques qui dévastent le pays en février-mars 2000, faisant 500 morts et plus d’un million de sans-abri. Face à une économie en ruines, le Mozambique n’obtient du Club de Paris qu’une suspension de sa dette, à défaut de son annulation. Tributaire de l’aide internationale, le pays peine à attirer les investissements privés — le projet international le plus important concerne l’ouverture d’une nouvelle fonderie d’aluminium en septembre 2000.

En décembre 2001, Joaquin Chissano annonce qu’il ne briguera pas de troisième mandat. Son successeur désigné au sein du Frelimo, Armando Guebuza, ancien ministre de l’Intérieur et riche homme d’affaires, remporte l’élection présidentielle de décembre 2004 avec 63,7 p. 100 des suffrages, face au leader de la Renamo, Afonso Dhlakama, à la tête d’une coalition de plusieurs partis d’opposition. À l’issue des élections législatives, le Parlement est divisé entre le Frelimo et la Renamo, qui, avec respectivement 62 p. 100 et 29,7 p. 100 des voix, détiennent 160 et 90 sièges. Le scrutin se caractérise par un faible taux de participation (36,3 p. 100) ; en dépit de sérieuses irrégularités, il est considéré valide par les observateurs internationaux. "Mozambique" © Ecrit par E. BUCHOT. Sources : Encarta, Wikipedia

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Le Canada

Photos Infos Canada

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays

Infos site