Fidel Castro et l'alignement sur l'URSS


Cuba

Le charismatique, le « lider máximo » lance donc une révolution sociale, humaniste, indépendante, inspirée par le discours non aligné. Dès 1955, à la conférence de Bandung, Fidel Castro prônait d’ailleurs le non-alignement du tiers-monde et réclamait des politiques égalitaristes pour les démunis. C’est cette révolution qu’il tente de mener. En 1959, il lance une réforme agraire, mais privilégie la nationalisation des industries, impliquant l’expropriation des entreprises américaines qui contrôlent une grande partie des plantations et les raffineries de sucre. L’hostilité des États-Unis, qui considèrent Cuba comme une chasse gardée économique, est immédiate. De plus, la politique de l’industrie lourde ne paie pas. Cuba reste un pays d’économie sucrière, agricole. Fidel Castro est confronté à une crise qui s’aggrave, l’île devenant, en 1961-1962, un des épicentres de la guerre froide, avec Berlin.

Castro et l'URSS
Castro et l'URSS

En 1961, les Américains décrètent le blocus économique de l’île et soutiennent une tentative de débarquement anticastriste (voir Baie des Cochons, affaire de la). En octobre 1962, la crise des fusées éclate. Après le retrait des fusées soviétiques, l’étau du blocus américain se desserre ; mais la crise a précipité l’adhésion du leader cubain au communisme : après une seconde réforme agraire sans grand succès, Cuba ne peut plus résister seule et isolée face à la pression anticastriste de Washington et dans le cadre d’une économie étranglée.

En 1965, deux ans après la première visite de Fidel Castro en URSS, le Parti communiste cubain (PCC) est fondé. Ce ralliement au communisme provoque le départ de nombreux Cubains et l’émotion internationale.

L’égalitarisme castriste n’est certes pas une redite du système socioéconomique soviétique ; mais la nationalisation de toutes les activités commerciales (1966-1970) et le soutien à l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie (1968) notamment, soulignent le durcissement progressif de Castro. Un Fidel Castro dont le pouvoir se renforce, revêtant des formes dictatoriales : en 1976, après la réforme constitutionnelle du « poder popular », il cumule les fonctions de premier secrétaire du PCC et de chef de l’État.

Parallèlement, Fidel Castro prône un activisme révolutionnaire prosoviétique traduit dans l’intervention en Angola, expression d’une philosophie insurrectionnelle et anticapitaliste, anti-impérialiste et, in fine, anti-américaine, que Che Guevara a incarnée jusqu’à sa mort, en 1967. À l’intérieur, Cuba vit un castrisme procédurier, répressif et une économie de pénurie — images dont témoigne l’œuvre romancée d’Ignacio Ramonet. Pour autant, Fidel Castro remporte de réelles victoires, notamment en matière d’alphabétisation et de réduction de la mortalité infantile (la plus basse d’Amérique latine) notamment. Sa popularité est encore une réalité. "Cuba" Sources utilisées Encarta

Infos Cuba

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site