Carnet Photographique

Jerry Rawlings


Après le coup d'État de 1966
Après le coup d'État de 1966

Le 24 février 1966, Nkrumah, qui se trouve en visite officielle en Chine, est chassé du pouvoir par un coup d’État militaire. Il trouve refuge en Guinée, mais ses partisans ghanéens sont arrêtés et les techniciens soviétiques et chinois qu’il a fait venir sont expulsés du pays. Les trois années suivantes, le Ghana est dirigé par un Conseil de libération national dirigé par le général Ankrah. En 1969, le pouvoir est transféré, en vertu d’une nouvelle Constitution, à un gouvernement civil dirigé par Kofi Busia. Mais celui-ci est renversé par un nouveau coup d’État militaire en 1972, mené par le colonel Ignatius Acheampong, qui suspend la Constitution, interdit toute activité politique et limite la liberté de la presse et les activités syndicales. Le contrôle militaire est quelque peu allégé en 1974 et un conseil consultatif civil des affaires politiques, ainsi qu’un conseil de planification économique sont créés. Mais Acheampong est contraint de démissionner en 1978 et de laisser la place au général Frederick Akuffo, qui demeure en fonction moins d’un an.

En 1979, un jeune lieutenant de l’aviation, Jerry Rawlings, prend le pouvoir. Acheampong et Akuffo, ainsi que plusieurs autres militaires de grade élevé sont accusés de corruption et exécutés. En septembre, Rawlings se retire en faveur d’un président civil élu, Hilla Limann. Mais la situation économique ne cessant de se dégrader, Rawlings reprend le pouvoir par un coup de force le 31 décembre 1981.

Un plan d'austérité


Gouvernant en tant que chef du Conseil provisoire de défense nationale, Rawlings impose un plan d’austérité qui contribue à maîtriser l’inflation et à rallier les bailleurs de fonds occidentaux, ainsi que le FMI et la Banque mondiale. La production agricole s’améliore et Rawlings parvient à faire rééchelonner les dettes les plus pressantes.

Malgré sa popularité, le régime de Rawlings doit affronter plusieurs tentatives de coup d’État durant la décennie 1980. Après onze années de gouvernement autoritaire, en avril 1992, une Constitution, approuvée par référendum, ouvre la voie au multipartisme. Rawlings, qui se présente en tant que civil, est élu président lors d’un scrutin pluraliste, en novembre de cette même année. Les élections législatives du mois suivant, boycottées par les quatre principaux partis d’opposition, assurent au parti présidentiel, le Congrès démocratique national, une majorité écrasante.

Jerry John Rawlings
Jerry John Rawlings

En juin 1994, des contestations territoriales dans le nord du Ghana opposent des paysans locaux, et des travailleurs migrants togolais. L’état d’urgence est déclaré temporairement et un accord de paix est négocié entre les parties en janvier 1995. L’année 1995 est marquée par de violentes manifestations contre l’augmentation du coût de la vie. Elles sont durement réprimées par un régime qui démontre, par là, les limites de la démocratisation amorcée.

Zlections générales de décembre 1996


Lors des élections générales de décembre 1996, Rawlings est réélu à la présidence de la République et son parti, le Congrès démocratique national, remporte la majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale. Ces élections, les premières au cours desquelles les Ghanéens peuvent se prononcer sur la politique d’un gouvernement parvenu au terme de son mandat, sont jugées libres et équitables par les observateurs internationaux, et marquent un pas vers la démocratie dans le pays. Si les années 1993-1998 sont des années de croissance, le miracle ghanéen demeure fragile et le pays reste assisté. L’État privatise les mines d’or et laisse surexploiter la forêt pour assumer le remboursement de la dette et les dépenses courantes. La baisse des eaux en amont d’Akosombo entraîne une grave pénurie d’énergie affectant également l’exportation vers le Ghana. La stabilité politique et la personnalité de Jerry John Rawlins (« JJ ») ainsi que l’élection du Ghanéen Kofi Annan comme secrétaire général des Nations unies contribuent à offrir du Ghana une bonne image à l’étranger. Par ailleurs, la disparition du roi des Ashanti Opoku Ware II en mars 1999 montre l’importance que tiennent encore en Afrique les chefs traditionnels dans la vie sociale et politique.

Routes et transports


En décembre 2000, alors que Jerry John Rawlings ne peut briguer un troisième mandat aux termes de la Constitution qu’il a fait lui-même ratifier, c’est l’opposant John Kufuor qui remporte l’élection présidentielle avec 57 p. 100 des suffrages, face à John Atta Mills, vice-président et protégé de Rawlings. Aux élections législatives, le parti de John Kufuor, le Nouveau parti patriotique (NPP), remporte presque la majorité absolue des sièges du Parlement. Le nouveau président incarne l’espoir d’un renouveau dans un pays qui connaît une profonde crise économique. Mais cette élection marque surtout la toute première transition pacifique au Ghana.

Mandat de John Kufuor


Le premier mandat de John Kufuor est marqué par des efforts de stabilisation économique et de réduction de l’inflation, dont souffre chroniquement l’économie ghanéenne. Sa bonne gouvernance vaut au Ghana le soutien de ses bailleurs de fonds occidentaux et des organisations monétaires internationales. En particulier, le Ghana bénéficie en 2004 d’un allègement de sa dette grâce à l’initiative de la Banque mondiale en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), ainsi que d’un important financement du FMI dans le cadre du programme pour la réduction de la pauvreté et la croissance. En dépit des succès économiques enregistrés sur le front de la croissance, les conditions de vie de la population restent cependant difficiles : le taux de chômage touche environ 20 p. 100 de la population active et près de 45 p. 100 des Ghanéens vivent au-dessous du seuil de pauvreté selon les statistiques de l’ONU. L’amélioration des conditions de vie constitue l’un des principaux thèmes de la campagne électorale de décembre 2004. À l’issue d’un scrutin qualifié de globalement pacifique et régulier par les observateurs internationaux, John Kufuor est réélu à la présidence dès le premier tour avec 53,4 p. 100 des suffrages — contre 43,7 p. 100 pour son principal adversaire, John Atta Mills. Le parti du président, le NPP, remporte la majorité absolue aux élections législatives. "Ghana" © Ecrit par E. BUCHOT. Sources : Encarta, Wikipedia

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Le Canada

Photos Infos Canada

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays

Infos site