Carnet Photographique

Elections allemandes de 2002


Les élections législatives de septembre 2002 sont remportées par la coalition « rouge-verte » grâce au bon résultat des Verts. En effet, alors que le SPD et la CDU obtiennent le même pourcentage de voix (38,5 p. 100), les Verts réalisent le meilleur score de leur histoire (8,6 p. 100 des voix, soit 56 sièges), ce qui permet à Gerhard Schröder d’être reconduit à la chancellerie. Avec 7,4 p. 100 des voix (47 sièges), les libéraux du FDP sont les grands perdants de l’élection, passant de la 3e à la 4e place sur l’échiquier politique tandis que les néo-communistes du PDS n’obtiennent que 2 sièges contre 36 auparavant. Au même moment, de manière inédite, l’Allemagne ne s’aligne pas sur les États-Unis en refusant de participer à la guerre en Irak, ce qui tend à la rapprocher de la France qui soutient la même ligne diplomatique.

La chancelière Angela Merkel
La chancelière Angela Merkel

Confronté à une hausse du chômage, à une très faible croissance et à un fort déficit budgétaire (4 p. 100 en 2003), le gouvernement engage un vaste mouvement de réformes (l’Agenda 2010) qui touchent à la protection sociale, aux retraites, à la fiscalité, à l’emploi ou encore à l’enseignement. Elles suscitent des oppositions dans la population, de la part des syndicats et au sein de l’aile gauche du SPD. Cette situation incite Gerhard Schröder à démissionner de ses fonctions de président du SPD en février 2004 afin de se consacrer à ses fonctions gouvernementales. Au mois de mai, Horst Köhler, candidat de la CDU et du FDP, est élu à la présidence de la République. Il succède au social-démocrate Johannes Rau.

Elections de 2004


Les élections européennes de juin 2004 sont marquées par la défaite du SPD, en recul de 9 points (21,5 p. 100 des suffrages, 23 sièges sur 99), loin derrière la CDU (36,5 p. 100 des suffrages, 49 sièges), tandis que les Verts doublent presque leur score de 1999 (11,9 p. 100 des suffrages, 13 sièges). Le SPD fait les frais de la mauvaise situation économique qui prévaut toujours en Allemagne, alors que la population continue de se mobiliser contre les réformes sociales mises en œuvre par le gouvernement. Au mois d’octobre, le pays déplore le score du parti néonazi (NPD) qui obtient 9,2 p. 100 des suffrages (12 sièges) au Parlement de Saxe, dans l’Est de l’Allemagne, où se développent tout particulièrement les rancœurs nées de la réunification dans le contexte de la crise économique. En mai 2005, le Bundestag et le Bundesrat ratifient le traité établissant une Constitution pour l’Europe, mais son avenir est compromis à la suite des référendums organisés en France et aux Pays-Bas quelques jours plus tard, dont les résultats sont négatifs.

À la suite de la défaite du SPD aux élections locales de mai 2005, Gerhard Schröder organise un vote de défiance au Parlement qui entraîne la convocation d’élections anticipées. Par ce pari jugé très risqué par de nombreux analystes, le chancelier espère obtenir une majorité claire de soutien à ses réformes.

La CDU donnée largement gagnante en début de campagne voit son avance se réduire jusqu’au scrutin de septembre 2005 qui ne permet pas de dégager une majorité claire. La CDU obtient en effet 35,2 p. 100 des suffrages (226 sièges) et le SPD 34,2 p. 100 des suffrages (222 sièges). Avec 9,8 p. 100 des suffrages (61 sièges), le FDP obtient pour sa part l’un de ses meilleurs scores, mais celui-ci ne suffit pas pour former une majorité avec la CDU du fait de la contre-performance de cette dernière. Le Parti de gauche, regroupant le PDS et l’Alternative électorale pour le travail et la justice sociale (WASG), réussit sa percée en recueillant 8,7 p. 100 des suffrages (54 sièges), devant les Verts qui obtiennent 8,1 p. 100 des suffrages (51 sièges). Plusieurs semaines de négociations sont alors nécessaires pour aboutir à la formation d’une grande coalition entre la CDU et le SPD (la deuxième après celle mise en place entre 1966 et 1969), dirigée par Angela Merkel, la présidente de la CDU. Un programme de gouvernement organisé autour des mots d’ordre « assainir, réformer et investir » est adopté avec pour objectif de réintégrer les seuils exigés par le Pacte de stabilité et de relancer la croissance et l’emploi. ©"Allemagne" Ecrit par E. Buchot. Sources utilisées : Encarta et le Monde et Wikipedia.

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos des Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Photos du Canada

Le Canada

Photos Infos Canada

Photos des pays d'Afrique à visiter

Photos du Maroc

Le Maroc

Photos Infos pays

Photos de la Tunisie

Photos de la Tunisie

Photos Infos pays

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site