Découverte au Maroc : cap sur le Palais de la Bahia

Rate this post

Envie de découvrir les plus grands trésors architecturaux du Maroc ? Un détour par le Palais de la Bahia est de mise. Majestueux monument du patrimoine culturel marocain, ce palais est à ce jour un musée, où vous devez absolument vous rendre, si vous êtes de passage à Marrakech. Mais qu’est-ce que ce palais a donc de si exceptionnel ? Découvrez-le dans les lignes qui suivent.

Présentation du Palais de la Bahia d’hier et d’aujourd’hui

Implanté dans le cœur historique de Marrakech au sud de la médina, la « Brillante » Bahia est érigée à proximité du Mellah. Faisant partie des principales attractions de la ville, cet édifice arbore une architecture aux influences mauresques et andalouses. Le palais rappelle du reste le style architectural de l’Al Hambra qui se situe en Espagne.

Signifiant « Palais de la belle », le palais de la Bahia a été bâti au cours de la deuxième moitié du 19ème siècle, par Si Moussa, un vizir fortuné, qui vécut sous le règne du sultan Hassan 1er. Achevée vers 1866, la construction du palais aura duré plus d’une dizaine d’années. Sa visite vaut amplement le détour. Vous y découvrirez un hammam, une mosquée, un mausolée, des écuries, d’un harem, bref vous ne regretterez en aucun cas de visiter ce lieu.

Tout en explorant ce palais, vous aurez encore le temps de vous divertir et notamment de vous connecter à Internet. Vous pourrez par exemple vous informer sur les lieux tout au long de votre visite. Vous pourrez en même temps vous faire un peu d’argent sur un site de casino en ligne, comme betFIRST Casino. Quoi qu’il en soit, sachez que cette bâtisse monumentale se compose en tout de 150 pièces toutes marbrées, avec des sculptures en bois, des fresques florales et de somptueux vitraux.

Le Palais de la Bahia, un endroit digne d’intérêt

Les chambres qui se trouvent dans ce palais sont malheureusement vides. Ce, car après le décès du vizir, il a été dépouillé par des personnes, parmi lesquelles il y avait les femmes du vizir même. Néanmoins, les plafonds et les murs se parent encore de magnifiques ornements, attestant le talent des artisans qui ont contribué à l’édification des lieux.

Pour partir à la découverte de la plus ancienne partie de ce palais, allez du côté du grand patio, qui figure parmi les endroits les plus imposants de l’édifice, aussi bien par ses dimensions que par ses décorations. Vêtu d’une mosaïque typiquement marocaine, il offre un spectacle visuel à couper le souffle. Toutes les pièces du palais sont agencées autour d’un jardin islamique, de patios et de cours.

Si vous vous rendez dans les jardins du palais, vous serez émerveillé par la richesse de la végétation. Grenadiers, palmiers, pamplemoussiers, orangers…, viennent y apporter de la fraîcheur et de la couleur. À cela s’ajoutent de belles fleurs violettes, rouges, jaunes, ainsi que d’autres arbres fruitiers richement parfumés. Les jardins constituent un passage incontournable lors d’une visite.

Quelques conseils pour visiter le palais

Contrairement à ce que de nombreuses personnes peuvent penser, le palais est spectaculaire. Il compte d’ailleurs parmi les monuments à ne surtout pas manquer lors d’un séjour à Marrakech. Vous ne serez assurément pas déçu de vous acheter un billet pour pouvoir visiter ce lieu mythique, car oui, l’entrée est payante. Lorsque vous vous y rendrez, préférez venir après l’ouverture du palais, qui est fixée à 9 heures. Cela vous évitera de vous retrouver avec une foule de touristes. Notez que le palais ferme ses portes à 17 heures.

Attendu que le bâtiment est vide, il vous est conseillé d’effectuer votre visite en étant accompagné d’un guide touristique. Ce dernier vous racontera l’histoire du palais et vous fournira divers renseignements intéressants. Vous pourrez ainsi replonger dans le passé des lieux comme si vous y étiez. Enfin, petites informations supplémentaires sur la localité : le palais de la Bahia est installé à proximité d’autres sites et monuments, dont le souk de Marrakech, le Place Jemaa-el-Fna ou encore le musée Dar Si Saïd.

Laisser un commentaire