Carnet Photographique la Colombie
Histoire de la Colombie : La période de la violencia (1948-1958)
Carnet Photographique Colombie

À partir de 1945, l’aile la plus radicale du parti libéral, dirigée par Jorge Eliecer Gaitán, qui s’oppose à la politique d’union nationale du président Alberto Lleras Camargo, devient de plus en plus populaire. Mais le 9 avril 1948, l’assassinat de Gaitán (jamais élucidé), qui est très populaire, déclenche une sanglante révolte contre le gouvernement conservateur à Bogotá et dans les principales villes du pays. La violencia — c’est ainsi que l’on baptise cette insurrection populaire (bogotazo) — est réprimée en trois jours et fait au moins 1 500 morts et 20 000 blessés (l’expression « bogotazo » est passée dans la langue populaire pour désigner une explosion de violence populaire incontrôlée). La campagne électorale de 1949 est particulièrement violente et mouvementée et l’arrivée au pouvoir du conservateur Laureano Gómez Castro en 1950, qui décide de rétablir l’ordre par tous les moyens, relance la guerre civile.

Les grands propriétaires terriens lèvent des bandes armées de bandoleros, tandis que les paysans organisent, avec l’appui du Parti communiste colombien, des groupes d’autodéfense. La guérilla est née et ne va plus jamais s’éteindre.

L’agitation a cependant réveillé les aspirations autoritaires des militaires et, le 13 juin 1953, le général Gustavo Rojas Pinilla s’empare du pouvoir, par un coup d’État – l’un des rares de l’histoire de la Colombie qui reste une démocratie stable en dépit de la violence qui la mine. En amnistiant les guérilleros, il permet de rétablir une paix relative. Le nouveau chef de l’État bénéficie, un temps, de l’assentiment de la population et de la classe politique, qui comptent sur un pouvoir fort pour ramener l’ordre dans le pays. Cependant, la dérive dictatoriale provoque rapidement l’opposition des libéraux, comme celle des conservateurs.

En 1957, après de nouvelles violences, Rojas Pinilla est renversé par une junte militaire. Celle-ci doit se résoudre à convoquer des élections générales et une trêve est conclue entre les libéraux et les conservateurs, qui décident alors procéder à une alternance systématique aux plus hauts postes de l’État (présidence et cabinets ministériels) pour une durée de seize ans, dans le cadre du pacte du Front national, espérant ainsi enrayer la violence politique. En dix ans, la violencia a fait environ 300 000 morts (sur un pays qui compte alors 15 millions d’habitants).

"Colombie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Alberto Lleras Camargo
Alberto Lleras Camargo
Recherche personnalisée