Carnet Photographique infos Suède
La population en Amérique du Nord
Carnet Photographique Amériques

Les États-Unis sont longtemps restés — et demeurent — peu peuplés comparativement à la superficie disponible (29 habitants au km2 en 1998). De même au Canada la densité de population y reste-t-elle particulièrement faible (3 habitants au km2), la grande majorité des Canadiens se concentrant sur une étroite bande longeant la frontière sud. Au Mexique enfin, la densité atteint 49 habitants au km2. À l’exception des habitants des territoires centraux du Mexique (plateaux et vallées entourant l’actuelle ville de Mexico), les peuples de l’Amérique du Nord étaient dispersés et présentaient des cultures variées. La colonisation de l’Amérique du Nord par les Européens a toutefois modifié en profondeur sa géographie humaine ; les Européens ont, en effet, décimé et déplacé les populations indiennes, altérant de manière significative leur mode de vie.

La population et l'ethnographie en Amérique du Nord

La population contemporaine d’Amérique du Nord est en majorité de descendance européenne. Au Canada par exemple, 35 p. 100 des habitants ont des ancêtres originaires des îles Britanniques et un quart de la population est de descendance française ; ces derniers se concentrent principalement au Québec. Le pays compte également une importante population d’origine allemande, italienne, polonaise, ukrainienne, chinoise, néerlandaise et scandinave. La population des États-Unis est plus diversifiée que celle du Canada. En 1990, la population de descendance anglo-irlandaise formait le groupe le plus important, représentant environ 29 p. 100 des habitants du pays. Les Noirs, dont les racines sont en Afrique, constituaient environ 12 p. 100 de la population, les Allemands 23 p. 100 et les populations hispaniques près de 9 p. 100.

Les Noirs, dont les racines sont en Afrique, constituaient environ 12 p. 100 de la population, les Allemands 23 p. 100 et les populations hispaniques près de 9 p. 100. Le pays compte également une importante population de descendance italienne, polonaise, française, russe, néerlandaise et scandinave. Les habitants d’origine asiatique — Japonais, Chinois, Philippins, Indiens d’Asie, Coréens et Vietnamiens — constituent environ 2,9 p. 100 de la population des États-Unis ; toutefois, depuis les années 1970, leur nombre a augmenté de manière significative en raison de l’immigration. Les Indiens d’Amérique et les Inuits (Eskimos) sont environ 1,8 million aux États-Unis et 400 000 au Canada. Les Indiens d’Amérique auraient migré, il y a 30 000 ans environ, de l’Asie vers l’Amérique du Nord en passant par un isthme qui, à l’époque préhistorique, traversait l’actuel détroit de Béring, au large de l’Alaska, et les ancêtres des Inuits seraient arrivés d’Asie par bateau il y a quelque 6 000 ans. Près de 30 000 Inuits vivent aujourd’hui au Groenland.
Démographie en Amérique du Nord

En 1990 (date du dernier recensement officiel), les États-Unis comptaient 271 648 000 habitants et le Mexique 94 280 000 et, en 1991, le Canada en comptait 29 942 000 et le Groenland 58 800. La majorité de la population d’Amérique du Nord se concentre dans la moitié orientale des États-Unis et des régions adjacentes de l’Ontario et du Québec, sur la côte pacifique américaine et sur le plateau central du Mexique.

En 1998, la population urbaine du continent représentait environ 75 p. 100 de la population totale.

Les principales agglomérations se situent sur la côte atlantique des États-Unis, de Boston à Washington, dans la vallée du Saint-Laurent (autour de Montréal), autour des lacs Érié et Ontario, à l’extrémité méridionale du lac Michigan, dans le nord et le sud de la Californie et au Mexique (Mexico et sa proche banlieue). Les plus grandes villes sont Mexico, Guadalajara et Monterrey au Mexique, New York, Los Angeles, Chicago, Houston, Philadelphie, San Francisco et San Diego aux États-Unis, Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa et Edmonton au Canada. La taux de croissance annuelle de la population atteint, pour la période 1995-2000, 0,8 p. 100 au Canada et aux États-Unis, et 1,6 p. 100 au Mexique, où l’indice de fécondité est également le plus important d’Amérique du Nord et le taux de mortalité infantile 3 à 4 fois supérieur aux États-Unis et au Canada.

La population américaine
La population de l’Amérique du Nord, principalement issue de l’immigration, est parvenue sur le Nouveau Continent par « vagues », dont la première a débuté en 1840 pour culminer au début du xxe siècle. Au xixe siècle, les immigrants provenaient surtout de l’Europe de l’Ouest, notamment de Grande-Bretagne et d’Irlande ;

Asiatique en Amérique

au début du xxe siècle, ils venaient des pays d’Europe centrale et méditerranéenne, relayés après la Seconde Guerre mondiale par les Asiatiques et les Hispaniques. La déportation de Noirs d’Afrique s’est, quant à elle, poursuivie jusqu’à la guerre de Sécession. Des lois limitant l’immigration ont toutefois été votées à partir de 1921, instituant des quotas d’entrée pour chaque nationalité. Les migrations internes restent importantes, puisque la mobilité des habitants est assez élevée, notamment aux États-Unis, où la croissance de la population des États du Sud (Floride, Géorgie, etc.) et surtout de l’Ouest (Texas, Californie, etc.) a été très forte ces dernières décennies. Source Encarta
Recherche personnalisée