Carnet Photographique

Palerme une ville d'histoire


La vierge de l'annonciation exposée à Palerme
Vierge de l'annonciation. Source Encarta

S’il n’existe à Palerme que peu de vestiges de l’Antiquité ou de l’époque arabe, les chefs-d’œuvre de la période normande recèlent de nombreux apports d’artistes arabes et byzantins. C’est le cas du palais des Normands, érigé au XIIe siècle sur les restes d’un château arabe, puis remanié par les Espagnols ; l’actuel siège du Parlement régional abrite la chapelle Palatine (1130-1143) et ses somptueuses mosaïques, joyau de l’art byzantin. Parmi les nombreuses églises de style arabo-normand, l’église San Giovanni degli Eremiti (1132) est célèbre pour ses cinq dômes roses et son cloître du XIIe siècle.

Culture à Palerme - les monuments historiques


Renommée pour ses splendides mosaïques byzantines, la Martorana (Santa Maria dell'Ammiraglio, 1143) domine la piazza Bellini avec son campanile du XIIe siècle aux allures mauresques et sa façade baroque ; sur la même place, s’élèvent les trois coupoles de l’église San Cataldo (1160). Autre témoignage du style arabo-normand, le palais de la Zisa (de l’arabe El Aziz, « la splendide », 1166-1175) était la résidence saisonnière des souverains normands. Si elle a subi de nombreuses transformations du XIVe au XIXe siècle, la cathédrale bâtie au XIIe siècle a conservé son abside normande ; elle abrite en outre des tombes impériales et royales datant des années 1197-1388, parmi lesquelles celle de Frédéric II. Outre les Quattro Canti et la piazza Bellini, la ville conserve une autre place pittoresque, la piazza Pretoria, sur laquelle s’élève une fontaine monumentale, l’un des rares exemples d’art Renaissance en Sicile. C’est toutefois l’architecture baroque qui domine la ville, dont nombre d’églises et de palais ont fleuri pendant la période espagnole.

Une grande partie des décorations intérieures sont l’œuvre du sculpteur palermitain Giacomo Serpotta (1656-1732), lequel a notamment orné les trois oratoires du rosaire des églises San Domenico, Santa Zita et San Lorenzo. Installée dans le palais Abatellis (1490-1495), la Galerie régionale de Sicile renferme notamment la lumineuse Vierge de l’Annonciation d’Antonello da Messina (1473), une fresque du Triomphe de la Mort du XVe siècle, un buste d’Éléonore d'Aragon, chef-d’œuvre de Francesco Laurana (1471), ainsi que des sculptures du Palermitain Antonello Gagini (1478-1536).

Le Musée régional archéologique, l’un des plus importants d’Italie pour la valeur de sa vaste collection d’œuvres datant de l’époque grecque et romaine, abrite notamment les métopes des temples de Sélinonte (VI-Ve siècle av. J.-C.) et l’éphèbe en bronze dit « de Sélinonte » (Ve siècle av. J.-C.). Avec le Teatro Massimo (1875-1897), rouvert en 1998 après des années de fermeture due à la corruption, la ville possède l’un des plus grands théâtres d’Italie.

Les catacombes du couvent des Capucins constituent l’une des curiosités de la ville. Quelque 8 000 corps embaumés y reposent, issus de la bonne société palermitaine du XVIIe à la fin du XIXe siècle. Dans le cimetière urbain, attenant au couvent, se trouve la dépouille de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, auteur du célèbre Guépard. © "Rome" . Sources Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site