Maroc par Carnet Photographique


Musée de Marrakech et la Koutoubia de Marrakech

Carnet photographique : Maroc
21/09/15

Les mosquées du Maroc

C’est le monument religieux le plus célèbre de Marrakech. Cette mosquée d'une grande allure architecturale et d'une richesse décorative a une histoire complexe. Elle s’agit en réalité d'un double sanctuaire muni d'un minaret.

La Koutoubia de Marrakech

La première koutoubia fut inaugurée en 1157 et la deuxième ainsi que le minaret furent construit un an plus tard en 1158 JC sur ordre d’Abdelmoumen. Les deux sanctuaires se distinguent par leur plan innovateur qui donne une importance capitale au mur de la qibla. En effet cette valorisation se laisse voir par le plan en T dessiné par le recoupement entre des deux nefs principales de la salle de prière qui sont la nef axiale et la nef longitudinale.
Ce qui met en exergue ce monument est son minaret gigantesque qui constitue une des merveilles de l’art et de l’architecture en Islam. Érigé en pierre de taille, il comporte à l’intérieur un rampe qui permet d’accéder à des salles couvertes de coupoles ainsi qu’à son sommet. Sa hauteur est de 77 m. Il comporte des registres décoratifs sur des façades supérieures fait de carreaux de céramique verte et blanche.


Le musée de Marrakech
Musée de Marrakech

Le palais qui abrite le Musée de Marrakech a été construit par Mehdi Mnebhi à la fin du XIX siècle. Il reflète l'art architectural palatial de toute une époque. La demeure fut construite sur le modèle de la maison à péristyle selon lequel les pièces s'agencent autour d'un patio à ciel ouvert les boiseries encadrent les fenêtres et leur motifs peint sont empruntés à l'art européen. La douiria qui est devenue galerie d'art contemporain était les anciennes cuisines.Le hammam auquel on accède par le salon principal car les femmes à cette époque ne sortaient guère de chez elles, c'est une oeuvre architecturale par ses coupoles ornées dédecas en plâtre sculpté.

Musée de Marrakech. Photo E. Buchot
qui unifie fond et forme et rend presque immatériels les contours. Enveloppée par cette lumière diffuse, Mona Lisa, mystérieuse et fascinante, apparaît comme une figure idéale. La Joconde, réalisée à l’aide d’une palette très réduite, témoigne d’une grande profondeur psychologique ; sa signification symbolique est cependant mal connue. La perfection formelle de la peinture, servie par la restitution magistrale des effets de clair-obscur et la légèreté incomparable de la touche, lui permet d’atteindre un statut universel.
Dépassant le stade du simple portrait, l’œuvre s’affirme comme une synthèse d’une grande complexité des recherches formelles de Léonard de Vinci et de sa perception de la nature et de l’Univers. Elle est également l’une des plus hautes expressions de son art, comme il le souligne lui-même : « Ne vois-tu pas que parmi les beautés humaines, c’est le beau visage qui arrête les passants, et non les ornements riches… ».


Madame Benjelloun Naymah en mémoire de son mari et pour sauvegarder le patrimoine national de cette ville se bat pour continuer à offrir aux visiteurs quelques heures de cultures aussi bien de l'art national du XIV et XIX siècle que l'art contemporain. © . Sources utilisées Encarta et Wikipedia.
Photos des pays et villes visités