Cambodge - Carnet Photographique


Histoire du Cambodge - Histoire ancienne et dépendance

Carnet photographique : Cambodge
21/09/15

Le Cambodge : une histoire cruelle

De tous les peuples indochinois, les Môn et les Khmer sont parmi les premiers à s’être installés dans la péninsule. Ce n’est qu’au premier siècle de notre ère qu’une civilisation khmère se développe, sous l’impulsion d’un processus d’indianisation très profond.


Les origines du peuplement et le premier état khmer

Le premier royaume du Cambodge, le Funan des Chinois, adopte la langue et l’écriture indiennes, le sanskrit, les lois et les techniques de l’Inde. Ses rois adoptent la conception indienne du devaraja, le dieu-roi. C’est par le Cambodge que l’hindouisme et le bouddhisme ont pénétré dans ce qui sera plus tard l’Indochine.

Le Funan a été fondé, au Ier siècle apr. J.-C., par des populations môn-khmères. Royaume maritime et commerçant, comme le prouvent les ruines du port d’Oc-Éo, sur le golfe de Thaïlande, le Funan est un lieu d’échanges important entre la Chine et l’Inde.

Le royaume de Tchen-la, un royaume khmer situé au nord-est du Tonlé Sap, à l’origine vassal du Funan, s’émancipe au ve et au VIIe siècle, et conquiert le Funan. En 706, le Tchen-la est divisé en deux royaumes khmers. La moitié nord, l’actuel Laos, devient le Tchen-la de terre et la moitié sud, le Tchen-la d’eau (Cambodge), qui tombe sous la domination de pirates des royaumes indonésiens de Java.

Le royaume d'Angkor

Le royaume d'Angkor

C’est un prince éduqué à Java, Jayavarman II (de 802 à 850), qui rétablit un royaume khmer à Angkor. Il remet en vigueur le culte du dieu-roi. Les grands temples d’Angkor érigés par ses successeurs abritent les lingas, symboles du dieu Shiva. Les rois d’Angkor règnent sur la majeure partie du Cambodge, de la Cochinchine et du Laos jusqu’au début du XVe siècle. La capitale est au cœur d’un réseau hydraulique de grands réservoirs (baray) et de canaux destinés à acheminer l’eau vers les rizières, un système de mise en culture qui est une véritable prouesse technique. Au XIIe et au XIIIe siècle, l’édifice social commence à se fissurer. Si Jayavarman VII construit la troisième Angkor (Angkor Thom), la lutte pour l’hégémonie entre hindouistes et bouddhistes déchire le royaume.

L’introduction du bouddhisme Hinayana, vers 1340, bouleverse l’ordre social et spirituel. Le pali remplace le sanskrit, on ne construit plus que des pagodes. Au même moment, le Laos s’émancipe et un ennemi nouveau apparaît à l’ouest, le Siam. La perte de contrôle du bassin de la rivière Chao Phraya, territoire appartenant aujourd’hui à la Thaïlande, contribue encore un peu plus à l’affaiblissement de l’empire.

Quand la Thaïlande, ou le Siam comme on l’appelait alors, détruit Angkor en 1431, la cour royale émigre à Phnom-Penh. Les Siamois établissent leur contrôle politique sur le royaume khmer qui devient vassal du Siam.

Le royaume d'Angkor. Photo Emmanuel BUCHOT
Quelques années plus tard, les Vietnamiens, qui ont lentement progressé vers le sud, parviennent au delta du Mékong. Désormais, le Cambodge est coincé entre deux pays voisins, le Siam et le Viêt Nam, qui cherchent à le dominer, voire à le coloniser. © "Cambodge" par . Sources utilisées : Encarta et Wikipedia


Photos des pays et villes visités