Carnet Photographique

Vie politique en France sous Napoléon 3


Le grand salon du Louvre où vivait Napoléon 3
Décor Napoléon 3. Photo E. Buchot

En 1853, Napoléon III épouse une jeune fille de la grande noblesse espagnole, Eugénie de Montijo, fille du comte de Teba. Ensemble, ils ont un fils : Eugène Louis Napoléon, « prince impérial » né en 1856 et tué en Afrique australe par les Zoulou en 1879. L’impératrice, à laquelle Napoléon III n’est pas fidèle tout en lui témoignant du respect, exerce une influence importante sur les affaires politiques. Très catholique, favorable à une politique conservatrice, elle contribue sans doute à favoriser la pratique autoritaire du pouvoir napoléonien jusqu’aux années 1860. Nourri d’influences contradictoires et bien qu’il a cultivé dans sa jeunesse des aspirations romantiques et un amour sincère de la liberté, Napoléon III est en effet convaincu qu’un régime autoritaire doit favoriser le développement économique et social du pays. Par ailleurs, le bonapartisme, mélange de paternalisme et d’autorité, s’appuie sur la conviction que tous les corps intermédiaires ne font que déformer la voix du peuple et que ce dernier, épris d’ordre et de paix, s’exprime de manière authentique par le biais du plébiscite.

L'autoritarisme de Napoléon 3


Pour autant, Napoléon III ne gouverne pas avec le peuple. Favorable, dans son principe même, aux notables et aux grands capitalistes, sa politique ambiguë est menée en grande partie avec un personnel politique issu de l’opposition dynastique à la monarchie de Juillet (tel Eugène Rouher, avocat républicain qui compte parmi les pères de la Constitution).Il s’appuie également sur les préfets, l’armée et la police pour museler toute velléité d’opposition, exigeant des fonctionnaires un serment de fidélité, supprimant la liberté de la presse et, de fait, la liberté d’opinion.

L'expansion économique sous Napoléon 3


Au delà de cet autoritarisme, le régime de Napoléon III accomplit en quelques années une œuvre économique considérable. L’industrie et le commerce connaissent un développement important, fruit d’une politique volontariste, largement teintée de saint-simonisme. Durant cette période, le réseau ferroviaire passe de 3 000 km (1852) à 18 000 km (1870) — les axes essentiels du réseau actuel sont déjà mis en place. L’expansion de certains secteurs industriels (textile, chimie, sidérurgie, métallurgie), la rationalisation et la modernisation de l’agriculture, la création des structures du capitalisme moderne (notamment de grandes banques capables de financer l’industrie grâce au crédit) permettent un fort essor économique et industriel, bien qu’il ne concerne pas l’ensemble du territoire. On assiste au passage progressif du protectionnisme au libre-échange, consacré par le traité de commerce du 23 janvier 1860 avec la Grande-Bretagne.

Napoléon à Londres


Entrée des appartements de Napoléon 3
Entrée des appartements de Napoléon 3 au Louvre. Photo E. Buchot

L’État lui-même donne une impulsion considérable aux travaux publics. Exemple emblématique, le programme d’aménagement de Paris, confié au baron Haussmann, transforme la physionomie de la capitale, tout en doublant la ségrégation sociale d’une ségrégation spatiale. Période d’expansion économique, et donc d’argent facile, d’affairisme, la première partie du règne de Napoléon III laisse donc le souvenir d’une « fête impériale » dont la cour, aux Tuileries comme à Compiègne, donne bien le ton. Pour le reste, l’expansion ne profite pas également à tous les Français. Ainsi, les années 1852-1870 ne marquent pas une amélioration du niveau de vie des ouvriers, contrairement à celui des notables, soutiens du régime impérial.

La politique étrangère sous Napoléon 3


En politique étrangère, Napoléon III est confronté à l’hostilité des grandes puissances européennes en raison de la tradition belliciste, voire expansionniste, dont on l’imagine dépositaire. Mais Napoléon III se révèle être un fin tacticien de l’arme diplomatique et militaire. Avec la guerre de Crimée, engagée en 1854 pour contrer l’expansionnisme russe vers la Méditerranée, il voit le moyen de se rapprocher de la Grande-Bretagne et de séparer la Russie de l’Autriche (alliées depuis 1815). La chute de Sébastopol et le traité de Paris de 1856 réintroduisent la France dans le concert des nations européennes tout en consacrant, avec l’autonomie accordée à la Serbie et au Monténégro, une ébauche de reconnaissance du principe des nationalités.

C’est au nom de ce principe que Napoléon III, peu après l’attentat d’Orsini (janvier 1858) — attentat qui débouche sur l’instauration momentanée de la « loi de sûreté générale » et sur un durcissement du régime —, se penche sur la question de l’unification italienne. Favorable à une confédération italienne, il promet à Cavour son soutien lors de l’entrevue de Plombières (juillet 1858), en échange du rattachement de Nice et de la Savoie à la France. Peu après la défaite des Autrichiens au terme de la campagne d’Italie, la France annexe les deux territoires convoités, mais elle voit se créer à sa porte un puissant royaume qui ne cesse de s’agrandir aux dépens des anciens États italiens.

Le style Napoléon 3 au musée du Louvre à Paris
Le grand salon de Napoléon 3 au Louvre. Photo E. Buchot

En outre, la question de Rome, dont beaucoup d’Italiens veulent faire leur capitale, est en France une cause de dissensions politiques : les catholiques, attachés à la stabilité du statut de la papauté, reprochent en effet à l’empereur son manque de fermeté à ce sujet (Rome est définitivement évacuée en 1866).

Pour l’Empire, le début des années 1860 marque un double tournant. Un tournant politique d’abord, puisque l’opposition républicaine fait son entrée au Corps législatif, de façon timide en 1857 puis plus franchement aux élections de 1863 ; d’autre part, l’hostilité d’une partie des catholiques à la politique romaine de l’empereur crée une opposition sur sa droite. Un tournant économique ensuite, symbolisé par le mécontentement d’une partie du monde industriel après la conclusion du traité de libre-échange de 1860. À ces difficultés s’ajoutent certains revers, notamment en Algérie où la politique arabe, favorable aux indigènes, provoque l’incompréhension des colons mais aussi au Mexique où l’expédition envoyée pour soutenir l’empereur Maximilien, en 1862, se termine tragiquement en 1867.

© et Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos des Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Le Canada

Photos Infos Canada

Infos site