La Hongrie en 1945


Photos de Budapest

Le 20 janvier 1945, les représentants d’un gouvernement provisoire soutenu par les Soviétiques signent l’armistice et lancent de grandes réformes, notamment en confisquant les propriétés féodales et ecclésiastiques. Au cours de la campagne précédant l’élection d’une Assemblée nationale, le parti communiste renaissant fait de grands efforts pour gagner la majorité. Mais c’est le Parti des petits propriétaires et des paysans, dirigé par Zoltán Tildy, qui remporte les élections du 4 novembre. La république est proclamée et Tildy élu président. Un gouvernement de coalition, avec Ferenc Nagy, membre influent du Parti des petits propriétaires, comme Premier ministre, et Mátyás Rákosi, secrétaire général du Parti communiste hongrois, comme vice-Premier ministre, est formé.

Matyas Rakosi
Matyas Rakosi

Transformation de la Hongrie sur le modèle communiste


Pendant plusieurs mois après la proclamation de la République, la Hongrie est au bord de la faillite. Pénurie en tous genres, inflation, détérioration de l’infrastructure des transports, dérèglement de l’économique nuisent gravement au redressement national. En janvier 1947, une conspiration s’abat sur le Parti des petits propriétaires. Nagy doit démissionner en mai et est remplacé par Lajos Dinnyés, autre membre de ce parti. Les élections législatives du mois d’août sont remportées par la coalition dirigée par le Parti communiste, forte de 60 p. 100 des voix. La fusion du Parti communiste avec le Parti social-démocrate en 1948, constituant le Parti des travailleurs hongrois, renforce encore sa puissance. En mai 1949, de nouvelles élections législatives, proposant une liste unique de représentants communistes, sont organisées. L’opposition politique disparaît rapidement et, en août, la République populaire hongroise est proclamée.

La transformation du pays sur le modèle communiste est déjà bien entamée. Des traités de coopération avec l’URSS et d’autres pays communistes sont signés, de nombreuses industries nationalisées, les biens du clergé et des paysans qui n’acceptent pas la collectivisation se trouvent confisqués et des milliers d’opposants au régime communiste sont envoyés en camps de travail ; ainsi, le cardinal József Mindszenty est arrêté, jugé et condamné à la prison à vie au début de 1949.

À la mort de Staline, en 1953, le gouvernement hongrois libéralise certains aspects de sa politique. Mátyás Rákosi, nommé Premier ministre en 1952, reste à la tête du Parti communiste mais est remplacé par Imre Nagy au poste de Premier ministre. Un nouveau programme économique moins strict est lancé et le gouvernement accorde l’amnistie à certains prisonniers politiques.

La Hongrie rejoint cependant l’URSS et d’autres pays communistes de l’Europe de l’Est pour former le pacte de Varsovie, assurant une défense mutuelle, et pour étendre les fonctions du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM).

Les premiers signes indiquant la fin de la période de libéralisation apparaissent en avril 1955, lorsque Nagy est destitué de son poste de numéro un et chassé du parti sous prétexte de nationalisme antisoviétique et d’incapacité à se conformer au modèle politique de l’URSS. Mais à partir de 1956, en pleine période de déstalinisation, la politique s’assouplit à nouveau. La même année, le mécontentement populaire s’amplifiant, les opposants au gouvernement profitent des tensions entre la Pologne et l’URSS pour se rebeller.

Les années 1950


Les étudiants manifestent contre les cours de russe et de marxisme-léninisme obligatoires et, associés au syndicat des écrivains, ils affirment leur soutien au mouvement antisoviétique polonais. Les travailleurs se joignent à eux pour exiger le retour de Nagy au poste de Premier ministre. Le 23 octobre, le Premier ministre Hegedüs, incapable de gérer la crise, sollicite le renfort des troupes soviétiques.

Le Parti des travailleurs s’interpose et obtient le remplacement de Hegedüs par Nagy et de Gerö par János Kádár, précédemment emprisonné pour nationalisme. Nagy se range aux côtés des manifestants, annonçant la fin du système de parti unique et la tenue d’élections. Il promet des réformes économiques, libère le cardinal Mindszenty et exige le retrait des forces soviétiques. Dénonçant le pacte de Varsovie et trop confiant dans le soutien occidental, il proclame la neutralité de l’État hongrois. L’URSS promet des concessions, mais les manifestations reprennent. Au début de novembre, les troupes et les chars soviétiques écrasent les insurgés malgré les appels au secours qu’ils lancent aux Occidentaux. Des centaines de Hongrois sont exécutés, des milliers emprisonnés tandis que près de 200 000 s’enfuient en Autriche. "Hongrie © Photo et Encarta.

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site