Carnet Photographique

Les premières traces de l'Homme en Sibérie


Un guerrier mongol
Un guerrier mongol. Source Encarta

Dès le paléolithique, l’Homme s’est installé dans la partie méridionale de la Sibérie. D’importantes cultures se sont développées au néolithique, notamment autour de l’Oural, du lac Baïkal et en Iakoutie. Au IIIe siècle av. J.-C. s’est instaurée la première entité politique organisée, l’empire des Xiongnu, qui constitua la première confédération hunnique. Il fut remplacé au IIe siècle apr. J.-C. par l’empire des Xianbei. Par la suite, l’Est fut dominé par les Toungouses, qui constituèrent le royaume de Bohai.

La Sibérie au 13ème siècle


Au XIIIe siècle, les guerriers mongols déferlèrent le long de la bordure méridionale de la Sibérie et envahirent ensuite la Russie. Pendant les deux siècles qui suivirent, les Mongols dominèrent le sud et l’ouest de la Sibérie, tout comme la Russie elle-même. L’Empire mongol s’affaiblit finalement et éclata en plusieurs petits États ; l’un d’entre eux s’appelait le khanat (l’État ou la juridiction d’un khan) de Sibir, du nom de sa capitale. C’est de cet État que vient le nom de Sibérie.

La conquête russe


Dès le XIIe siècle, des explorateurs de l’État-cité de Novgorod traversèrent l’Oural et se dirigèrent vers le nord-ouest de la Sibérie où ils collectèrent un impôt auprès de certaines des tribus locales.

Pour une domination plus formelle, il fallut toutefois attendre l’effondrement du pouvoir mongol et l’émergence d’une puissante monarchie centralisée en Russie. La conquête commença avec l’expédition de l’aventurier russe Iermak Timofeïevitch, dont les Cosaques envahirent le khanat de Sibir au début des années 1580.

Iermak Timofeïevitch
Iermak Timofeïevitch

Le succès de Iermak déboucha rapidement sur d’autres incursions russes ; vers 1640, les Russes avaient atteint la côte Pacifique et érigé un réseau de forteresses afin de contrôler le vaste territoire qui sépare cette côte de la Russie.

L’exploration russe du bassin de l’Amour à la limite sud-est de la Sibérie déclencha un conflit avec la Chine. Par le traité de Nertchinsk (1689), la Russie renonça à ses prétentions sur ce territoire, qu’elle ne récupéra qu’en 1858.

La colonisation russe


Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’intérêt principal de la Russie en Sibérie résidait dans le commerce très lucratif de la fourrure. De grandes quantités en furent exportées d’abord vers l’Europe, puis vers la Chine. Durant cette période, la population russe de Sibérie resta réduite, en raison des communications difficiles, des conditions climatiques éprouvantes et des restrictions sur l’émigration à partir de la Russie européenne. Une émigration à grande échelle ne commença qu’au milieu du XIXe siècle ; elle crût de façon spectaculaire au cours des dernières décennies du régime tsariste. Cet afflux fut favorisé par la surpopulation de certaines régions de Russie européenne, par l’abolition du servage en 1861, et par la construction de la ligne ferroviaire du Transsibérien entre 1891 et 1900, qui facilita grandement le transport et les communications. Le recours à l’exil en Sibérie contre les criminels et les dissidents politiques commença presque immédiatement après la conquête, mais s’accéléra avec l’expansion du mouvement révolutionnaire russe au XIXe siècle. "Sibérie" © et Encarta.

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site