Carnet Photographique la Colombie
Histoire de la Colombie : Des guerres civiles à la Seconde Guerre mondiale
Carnet Photographique Colombie

Les premières décennies qui suivent l’indépendance sont marquées par de nombreuses guerres civiles – on en dénombre 52 au cours du XIXe siècle – et par de fréquents changements constitutionnels. Dans un premier temps, les conservateurs parviennent à imposer une Constitution unitaire. Mais les fédéralistes s’y opposent, déclenchent le premier conflit et accèdent au pouvoir, avec le président Obando, en 1853 ; ils sont à leur tour renversés par des conservateurs. En 1858, le pays est doté d’une Constitution semi-fédérale et la nouvelle République est baptisée Confédération grenadine. Cinq ans plus tard naissent les États-Unis de Colombie, sur le modèle résolument fédéral du voisin nord-américain. Après quelques années de relative stabilité, une nouvelle guerre civile éclate en 1876. De retour au pouvoir, les conservateurs imposent au pays, en 1886, une Constitution centraliste, celle de la république de Colombie, qui est restée en vigueur jusqu’en 1991.

Plusieurs guerres civiles éclatent notamment en 1885 et en 1895. La plus violente, la guerre des Mille Jours, de 1899 à 1902, laisse le pays exsangue et fait environ 100 000 victimes. La deuxième moitié du XIXe siècle se caractérise par de nombreux changements, qui marquent profondément la société : l’abolition de l’esclavage en 1851 ; puis, en 1853, la séparation de l’Église et de l’État.

En 1903, soutenu par les États-Unis, le Panamá fait sécession et accède à l’indépendance. La Colombie perd alors un accès important au commerce maritime ; cependant, les compensations financières accordées par Washington lui permettent d’entamer la diversification de son économie, qui reposait jusque-là essentiellement sur les cultures d’exportation du café et de la banane.

Jusqu’en 1930, la Colombie connaît une période de stabilité politique et se consacre à son développement économique. La construction de routes, dès le début du siècle, permet un début d’expansion commerciale. L’exploitation des gisements de pétrole et la culture du café prennent également de l’ampleur, soutenues par plusieurs emprunts américains.

Les libéraux, de retour au pouvoir en 1930, s’engagent dans de nouvelles réformes. Jusqu’à la démission du président Alfonso López Pumarejo en 1945, ils font voter une loi de réforme agraire, la reconnaissance du droit de grève et des droits syndicaux, un salaire minimum et des congés payés. Lors de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), la Colombie suspend ses relations diplomatiques avec le Japon, l’Allemagne et l’Italie en 1941, et avec l’État français de Vichy en 1942. En 1943, le Sénat déclare la guerre à l’Allemagne, et la Colombie signe la charte de l’ONU, en juin 1945, devenant ainsi l’un de ses 51 membres fondateurs.

"Colombie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Alfonso López Pumarejo
Alfonso López Pumarejo
Recherche personnalisée