Carnet Photographique

Instauration d'une dictature par Franco


Franco le dictateur
Franco

Le général Franco instaure une dictature militaire. Par la loi du 8 août 1939, tous les pouvoirs se trouvent entre les mains du chef de l’État, le Caudillo. Celui-ci est détenteur du pouvoir exécutif et législatif, également commandant en chef des forces armées, Premier ministre et chef du parti de la Phalange. Bien que redevable à l’Allemagne et à l’Italie de sa victoire, Franco refuse de rejoindre, au début de la Seconde Guerre mondiale, les puissances de l’Axe. Il proclame la neutralité de l’Espagne, préférant organiser le nouveau régime et entreprendre la reconstruction du pays. Il ne tente pas d’obtenir la réconciliation nationale. Les loyalistes sont emprisonnés par centaines de milliers, dont quelque 37 000 sont exécutés durant les quatre années qui suivent la guerre. Presque toutes les lois républicaines en faveur des ouvriers et des paysans sont abrogées. Les principaux appuis de la dictature sont l’armée, l’Église, à laquelle Franco restitue ses privilèges, et la Phalange, parti unique. Par la loi de Succession du 26 juillet 1947, Franco rétablit la monarchie et s’institue régent à vie, laissant le trône vacant jusqu’à sa mort. Sur le plan extérieur, il réussit à rompre, avec l’aide des États-Unis, l’isolement imposé à l’Espagne par les Nations unies de 1946 à 1950. Le pays entre finalement à l’ONU en décembre 1955. Après 1960, l’Espagne bénéficie d’un important renouveau économique qui se traduit par une rapide croissance industrielle, un essor du tourisme et des investissements étrangers.

Franco et la dictature en Espagne


De son côté, l’Espagne libéralise les rouages de sa propre économie. La population espagnole peut accéder à la consommation de masse. L’agriculture est modernisée et mécanisée. Cette nouvelle prospérité entraîne de rapides changements sociaux. L’exode rural s’accélère. Un immense programme de logements sociaux, subventionné par le gouvernement, permet le passage d’une société rurale à une société urbaine.

Malgré la politique de libéralisation qui accompagne les changements socio-économiques, l’évolution du régime autoritaire est très lente. Après avoir dirigé le pays de façon autocratique jusqu’en 1967, Franco s’appuie de plus en plus, par la suite, sur l’amiral Luis Carrero Blanco, vice-président du gouvernement de 1967 à 1973. La dictature continue à maintenir un régime d’oppression.

En 1962, en réaction aux grèves dans les Asturies, Franco décrète la loi martiale. En 1970, six membres d’Euzkadi ta Azkatasuna (« Autonomie et Liberté du peuple basque », ETA), organisation séparatiste basque récemment créée, sont condamnés à mort. Mais, sous la pression internationale, la loi martiale est levée et les six membres de l’ETA graciés. La libéralisation politique progresse dès lors. La liberté de la presse est étendue. Juan Carlos, petit-fils d’Alphonse XIII, est désigné par Franco pour être son successeur à sa mort. À l’étranger, la Guinée espagnole accède à l’indépendance en 1968, devenant la Guinée équatoriale. Sept ans plus tard, le gouvernement accepte de céder le Sahara-Occidental au Maroc et à la Mauritanie.

Les mouvements d'opposition espagnols


Cependant, les mouvements d’opposition (ouvriers, étudiants, intellectuels) restent très forts à Madrid, au Pays Basque et en Catalogne. Bien qu’illégales, de nombreuses grèves éclatent en Espagne à la charnière des années 1960-1970. L’action terroriste de l’ETA s’amplifie. Le gouvernement répond par une répression aveugle. Un cycle de violence s’instaure dans le Pays Basque jusqu’en 1975. En 1973, Luis Carrero Blanco est assassiné par l’ETA. Au lieu de riposter par une répression massive, son remplaçant, Carlos Arias Navarro, annonce de nouvelles mesures de libéralisation, en faveur notamment de la création de partis politiques, interdits depuis 1939, ce qui déclenche une révolte chez les phalangistes qui prônent un retour à la dictature répressive. La menace d’une dérive vers la droite est stoppée avec la mort du général Franco le 20 novembre 1975. © "Espagne" avec l'aide d'Encarta et Wikipedia

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède