Carnet Photographique

Fra Angelico


Fresque de Fra Angelico au Louvre
Fresque de Fra Angelico. Photo E. Buchot

Angelico, Fra (v. 1400-1455), peintre toscan du début de la Renaissance. Il a été nommé Angelico (« angélique » en français) du nom de l'angélique docteur, saint Dominique, et Beato (« béni » en français) pour la profondeur spirituelle de sa peinture.

La jeunesse de Fra Angelico


Né à Vicchio (Toscane), Guido di Pietro, dit en religion Fra Angelico, est né en Toscane. Il entre dans un couvent de dominicains observants à Fiesole, près de Florence, en 1418. Vers 1425, il devient moine et prend le nom de Fra Giovanni. Il commence sa carrière comme enlumineur de missels et d'autres ouvrages religieux dans le scriptorium de son couvent. Dès 1418, il collabore au chantier de décoration de Santo Stefano al Ponte. Parmi ses premières œuvres importantes figurent la Madone de l'étoile (v. 1428-1433, San Marco, Florence), le Christ en gloire entouré de saints et d'anges (The National Gallery, Londres) et l’Annonciation destinée à l’église San Domenico à Fiesole (1430-1432, musée du Prado, Madrid). Parmi d'autres œuvres de cette période, on trouve le Couronnement de la Vierge (Louvre, Paris) dans lequel se décèle une réflexion plastique sur la notion d'espace et de perspective en relation avec la hiérarchie ecclésiastique. La représentation du mystère pour l'Angelico ne peut se réduire à une simple figuration, car la finalité de la peinture, objet matériel en soi, est contradictoire avec le désir de représenter l'immatériel absolu, c'est-à-dire le divin.

En 1436, les dominicains de Fiesole s'installent au couvent Saint-Marc à Florence, récemment reconstruit par Michelozzo. L'Angelico, aidé parfois d'assistants, peint de nombreuses fresques pour le cloître, le chapitre, et une vingtaine de cellules du premier étage.

Ce vaste programme iconographique présente la caractéristique d’être pensé de manière globale, et l'on trouve dans certaines fresques des éléments qui répondent ou approfondissent des questions traitées dans d'autres. Son retable pour San Marco (v. 1439) est l'une des premières représentations de la Conversation sacrée : la Vierge est entourée d'anges et de saints qui semblent partager un espace commun. La peinture de l'Angelico est profondément liée aux réflexions théologiques menées à l'époque autour de l'œuvre de saint Thomas d'Aquin par les dominicains florentins, sous la direction de l'évêque Antonin.

La mort de Fra Angelico


Saint Dominique peint par Fra Angelico
Saint Dominique par Fra Angelico. Photo E. Buchot

En 1445, Angelico est appelé à Rome par le pape Eugène IV pour peindre à fresque la chapelle du Saint-Sacrement du Vatican, aujourd'hui détruite. En 1447, avec son élève Bennozo Gozzoli, il peint des fresques pour la cathédrale d'Orvieto. Ses dernières œuvres importantes sont les fresques de la chapelle Nicoline au Vatican, qui représentent des Scènes de la vie d'Étienne et de Laurent (1447-1449), dont l'iconographie tire sa source de la somme hagiographique de Jacques de Voragine. De 1449 à 1452, Angelico est prieur de son couvent à Fiesole. Il meurt dans un couvent dominicain de Rome, le 18 mars 1455. "Fra Angelico" © "Paris" . Sources Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site