Carnet Photographique

La fin de l'apartheid


Nelson Mandela
Nelson Mandela

Jusqu’en 1994, dans le cadre de l’apartheid, l’Afrique du Sud était gouvernée par la minorité blanche. En février 1990, Frederik De Klerk, président de la République sud-africaine depuis septembre 1989, lance une « politique de réconciliation nationale ». La légalisation des organisations opposées au régime d’apartheid et la libération des prisonniers politiques, dont le dirigeant historique du Congrès national africain (African National Congress, ANC ), Nelson Mandela, marquent le premier pas vers une réintégration des Noirs dans la vie politique sud-africaine.

En octobre 1990, la loi sur la ségrégation dans les lieux publics (Separate Amenities Act) est abrogée. Après la suppression des dernières lois d’apartheid en juin 1991, une Convention pour une Afrique du Sud démocratique (Convention for a Democratic South Africa, Codesa) se réunit pour négocier la transformation du régime sud-africain en une démocratie pluriethnique. Elle associe les représentants de tous les partis politiques noirs, métis, indiens et blancs, à l’exclusion de l’extrême droite afrikaner, hostile à toute ouverture du régime aux Noirs. L’année suivante, plus des deux tiers des électeurs blancs approuvent par référendum la politique de réformes menée par De Klerk. En 1993, les négociateurs s’accordent sur l’organisation d’élections multiraciales, prévues pour avril 1994.

Un conseil exécutif de transition


Un Conseil exécutif de transition est mis en place pour superviser le scrutin. Celui-ci consacre la victoire de l’ANC. Nelson Mandela devient le premier président noir du pays. En septembre, le nouveau Parlement adopte une Constitution provisoire, prévoyant un régime transitoire pour une durée de cinq ans.

Le régime ainsi mis en place se veut consensuel, conjuguant le principe représentatif d’« un homme, une voix », revendiqué par l’ANC, et la représentation des partis minoritaires, associés à l’exercice du pouvoir. De cette façon, si l’ANC, majoritaire à l’Assemblée nationale, détient les postes de président de la République, de premier vice-président et de président de l’Assemblée, le Parti national de Frederik De Klerk et l’Inkatha Freedom Party (« Parti de la liberté Inkatha »), mouvement à dominante zouloue, dirigé par Mangosutu Buthelezi, sont représentés au sein du gouvernement d’union nationale, constitué en mai 1994.

Après l’instauration de ces institutions provisoires, l’Afrique du Sud s’oriente vers une normalisation politique. Dans un premier temps, l’ANC consacre sa domination en remportant les élections locales de novembre 1995, puis le pays adopte le 8 mai 1996 une nouvelle Constitution démocratique. La conséquence la plus immédiate est le départ des membres du Parti national du gouvernement transitoire, le gouvernement étant désormais dirigé par le parti politique majoritaire. Cette nouvelle Constitution est d’abord rejetée par la Cour constitutionnelle pour être finalement promulguée le 10 décembre 1996. Elle symbolise l’instauration, en Afrique du Sud, d’une véritable démocratie parlementaire et fait du pays un État de droit. En juin 1999, Thabo Mbeki succède à Nelson Mandela au poste de président de la République. "Afrique du Sud" sources et Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site