Carnet Photographique

Le PIB de la Tunisie


Agriculture tunisienne
Agriculture tunisienne

Le produit intérieur brut (PIB) de la Tunisie s’élevait à 28 milliards de dollars en 2004. Au cours de la période 1990-2002, le pays a connu une croissance moyenne de 4,65 p. 100. La croissance s’est amorcée au moment où, en 1986, un plan d’ajustement structurel était engagé avec le soutien du Fonds monétaire international (FMI). En 1995, la Tunisie signait un accord de libre-échange avec l’Union européenne (UE), manifestant ainsi sa volonté de s’inscrire dans le commerce international.

Economie de la Tunisie


L’essor de l’économie tunisienne est d’autant plus remarquable que l’augmentation du PNB a été plus forte que l’accroissement de la population : le revenu annuel par habitant se hissait en 2004 à 2 650 dollars, le plus élevé des pays du Maghreb. La Tunisie attire de plus en plus d’investissements privés, encouragés par un nouveau code des investissements très libéral (exonération fiscale pendant dix ans, rapatriement des bénéfices, convertibilité du dinar), mais la dette extérieure dépasse 50 p. 100 du PNB. En outre, le chômage et le sous-emploi demeurent un des problèmes structurels de l’économie tunisienne, touchant au début des années 2000 le tiers de la population, et notamment les jeunes, dont une grande partie de jeunes diplômés.

L'agriculture tunisienne


En Tunisie, l’agriculture n’a jamais été sacrifiée au profit de l’industrie, comme cela a été le cas en Algérie, par exemple. Depuis l’indépendance, un ambitieux programme de construction de barrages et de développement de l’irrigation a ainsi été entrepris.

La Tunisie, autrefois « grenier à blé » de l’Empire romain, a une tradition agricole au moins deux fois millénaire. Bien qu’ayant été divisée par trois en trente ans, la part du secteur agricole dans le PIB atteignait 10,3 p. 100 en 2002. L’agriculture assure également plus de 10 p. 100 des exportations.

Les principales cultures ont été maintenues au fil des siècles. La céréaliculture, avec notamment la culture du blé, tendre et dur, et de l’orge, occupe aujourd’hui le tiers des terres cultivées.

De grandes plaines céréalières s’étendent au nord du pays. L’arboriculture est également très développée. Cinquante-cinq millions d’oliviers sont cultivés dans le pays, essentiellement dans le Sahel tunisien, au centre-est du pays. La Tunisie est l’un des plus grands producteurs mondiaux d’huile d’olive. Les agrumes sont cultivés dans la péninsule du cap Bon, au nord-est du pays. Quant aux dattes, elles sont la principale ressource agricole des oasis du Sud. Ces trois produits sont en grande partie destinés à l’exportation. L’élevage, pour sa part, concerne les ovins, dont le nombre de têtes s’élève à 6,70 millions. La pêche, qui bénéficie de la longue façade maritime, se concentre sur certaines régions poissonneuses comme le golfe de Gabès. Les prises atteignaient 100 350 tonnes en 2001.

Mines et industries de Tunisie


Industrie tunisienne
Industrie tunisienne

Le secteur secondaire contribuait à 29,3 p. 100 du PIB en 2002. Bien qu’elle ne soit pas aussi riche en pétrole que ses voisins libyen et algérien, la Tunisie possède plusieurs gisements importants, terrestres et offshore, concentrés dans le sud du pays. Un nouveau champ pétrolier était ouvert en 1995. Les réserves, assez modestes, étaient estimées à 57 millions de tonnes en 1994, pour une production de 4,5 millions de tonnes, qui couvre largement les besoins du pays. La Tunisie possède en outre les gisements de phosphates les plus importants du monde dans la région de Gafsa, dans le sud-ouest du pays (2,40 millions de tonnes en 2004). Les autres ressources minières sont le fer, le plomb et le zinc. La Tunisie étant un petit pays aux besoins modestes, l’industrie est essentiellement tournée vers l’extérieur.

Ainsi, les industries de base, utilisant les matières premières locales, agroalimentaire, sidérurgie, métallurgie et chimie, autant que les industries de biens de consommation, textile, cuirs et chaussures, ont été encouragées par le gouvernement tunisien à exporter. Si l’industrie textile s’est beaucoup développée, grâce, notamment, aux faibles coûts salariaux, les industries lourdes, en revanche, n’ont pas échappé à la crise mondiale. À partir des années 2000, le gouvernement a encouragé l’installation d’entreprises à valeur ajoutée plus élevée, notamment dans le domaine de l’électronique et des nouvelles technologies. Le secteur tertiaire est le secteur le plus développé en Tunisie puisqu’il contribuait à la formation de 60,4 p. 100 du PIB en 2002. Le tourisme apparaît comme le secteur le plus intéressant : il est la première source de devises du pays et principal secteur d’investissements. En 2004, 6 millions de touristes européens (Allemands, Italiens, Français) et maghrébins (Libyens, Algériens) ont séjourné en Tunisie. "Tunisie" . Sources Encarta

Photos des pays d'Afrique à visiter

Photos du Maroc

Le Maroc

Photos Infos pays

Photos de la Tunisie

Photos de la Tunisie

Photos Infos pays

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site