Carnet Photographique technique photographique

Le domaine maritime français : un grand potentiel

Carnet photographique : France
5/03/17
Une façade mairitime immense

La double ouverture sur l’océan Atlantique (et ses mers bordières, la Manche et la mer du Nord) et sur la mer Méditerranée dote la France métropolitaine d’une façade littorale de 2 690 km et d’un domaine maritime de 150 000 km2. Grâce à ses possessions d’outre-mer, réparties dans tous les océans du globe, elle dispose d’un vaste domaine maritime de 10 millions de km2, en vertu du principe de la zone économique exclusive (ZEE) qui s’étend jusqu’à 200 milles nautiques (370 km) des côtes. La France bénéficie donc d’un immense espace maritime aux potentialités très diversifiées (ressources halieutiques, échanges commerciaux), ouvert sur les différents espaces économiques mondiaux (aire Pacifique, etc.).

Le potentiel du domaine maritime français et l'exploitation des ressources

La France d’outre-mer a une importance géopolitique et géostratégique certaine, dans la mesure où les possessions françaises d’outre-mer permettent à la France d’affirmer sa présence partout dans le monde. Leur potentiel économique reste à ce jour sous-valorisé, en raison d’une trop faible intégration dans leur aire régionale.

Les littoraux français ont été longtemps délaissés par une population tournée vers l’intérieur des terres. Ils offrent aujourd’hui de grandes ressources (tourisme, pêche et aquaculture, sites portuaires et commerce maritime).

Port de pêche

Les littoraux français ont été longtemps délaissés par une population tournée vers l’intérieur des terres. Ils offrent aujourd’hui de grandes ressources (tourisme, pêche et aquaculture, sites portuaires et commerce maritime). Le potentiel offert par les mers et par les franges côtières a été déjà largement entamé par une exploitation, parfois excessive, au point de fragiliser le milieu ou d’épuiser les ressources (pollution des côtes et des mers, bétonisation du littoral, surexploitation des fonds océaniques, disparition ou raréfaction des ressources halieutiques, etc.). La prospection pétrolière dans les mers bordières est, à ce jour, infructueuse, et l’exploitation des vastes gisements de nodules polymétalliques de l’océan Pacifique, au large de la Polynésie, reste encore très hypothétique. © Ecrit par et Encarta
Un petit port. Photo E. Buchot