Carnet Photographique

L'Albanie dans les années 1980 et 1990


Ramiz Alia
Ramiz Alia

À la suite de la mort d’Enver Hoxha, en avril 1985, Ramiz Alia prend la direction du Parti communiste. Les dirigeants albanais résistent aussi longtemps que possible à la vague de démocratisation qui déferle sur l’Europe orientale à partir de 1989. Ce n’est qu’après la chute de Nicolae Ceausescu en Roumanie (décembre 1989), les manifestations des étudiants de Tirana, et sous les pressions internationales que l’Albanie autorise le multipartisme le 11 décembre 1990, lève les interdits religieux, rend possibles les voyages à l’étranger, et établit des relations avec l’Occident.

Les relations diplomatiques avec les États-Unis reprennent en mars 1991 après une rupture de cinquante et un ans. Après avoir remporté les premières élections parlementaires libres pluralistes d’Albanie, les communistes promulguent une nouvelle charte intérimaire créant le poste de président de la République, auquel est élu Ramiz Alia par l’Assemblée populaire en avril.

Le Parti communiste, rebaptisé Parti socialiste albanais (PSA) au mois de juin, se maintient au pouvoir pendant toute l’année 1991 mais il est battu par le Parti démocratique (PDA) lors des élections parlementaires de mars 1992.

Ramiz Alia démissionne en avril 1992 et Sali Berisha devient le premier président albanais non communiste depuis la Seconde Guerre mondiale. Un gouvernement de coalition est formé et Aleksander Meksi est nommé Premier ministre. En juillet 1992, le Parti communiste albanais est déclaré illégal. L’année suivante, Ramiz Alia ainsi que d’autres responsables communistes sont accusés d’appropriation et de détournement des fonds de l’État, jugés et condamnés à des peines de prison.

Alors que les relations avec la Serbie continuent d’être difficiles, les tensions augmentent entre l’Albanie et la Grèce au début des années 1990, Athènes accusant Tirana de maltraiter la minorité grecque du sud de l’Albanie (voir Épire). Elles s’apaisent cependant, l’Albanie mettant en sourdine ses campagnes antigrecques et la Grèce levant son veto à l’aide européenne à l’Albanie.

En mai 1992, l’Albanie signe un accord de coopération de dix ans avec la Communauté économique européenne (aujourd’hui l’Union européenne). Et, en juin 1995, elle devient membre du Conseil de l’Europe. Les élections législatives de mai-juin 1996 sont remportées par le Parti démocratique du président Berisha, qui recueille 67,8 p. 100 des voix et les deux tiers des sièges du Parlement. Cette victoire est contestée par les partis de l’opposition qui dénoncent les nombreuses irrégularités observées au cours du scrutin.

L'insurrection de 1997


En février 1997, un scandale financier, provoqué par la faillite de sociétés d’épargne à caractère spéculatif, déclenche une violente manifestation dans les rues de Tirana. Le climat insurrectionnel s’amplifie rapidement dans tout le sud du pays, en proie à la violence et à l’anarchie. Après avoir affirmé son intention d’utiliser la force pour mater la rébellion, le président Berisha tente d’apaiser les tensions en annonçant la constitution d’un gouvernement de réconciliation nationale, dirigé par Bashkim Fino, un des leaders de l’opposition socialiste. La violence et le banditisme connaissent une nouvelle recrudescence. Le 29 mars, alors que la crise albanaise a déjà fait plus de 200 morts et provoqué une émigration massive de la population vers l’Italie, le Conseil de sécurité des Nations unies autorise l’envoi en Albanie d’une force armée multinationale de 2 500 hommes, chargée d’assurer la sécurité des ports du sud et l’acheminement de l’aide humanitaire. Les premiers contingents de l’opération « Alba », sous commandement italien, débarquent en Albanie le 15 avril.

Lors des élections législatives anticipées qui se déroulent en juin 1997, la coalition d’opposition constituée autour du Parti socialiste (PSA) remporte la majorité des deux tiers au Parlement. Cette victoire entraîne peu après la démission de Berisha, auquel succède en juillet le socialiste modéré, Rexhep Mejdani, et la nomination au poste de Premier ministre du dirigeant du PSA, Fatos Nano."Albanie" © et Encarta.

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Le Canada

Photos Infos Canada

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays

Infos site