Carnet Photographique

La 5ème République


Charles de Gaulle
Charles de Gaulle

La nouvelle Constitution de la Ve République, soumise par Charles de Gaulle à un référendum populaire en septembre 1958, est approuvée par 79,2 % des votants. Le texte, élaboré en grande partie par le garde des Sceaux Michel Debré, s’inspire des idées que de Gaulle n’a cessé de défendre depuis son discours de Bayeux, en 1946. Il confie le pouvoir exécutif à un président élu au suffrage universel indirect et limite les pouvoirs de l’Assemblée, en réaction aux abus du régime parlementaire de la IVe République. Son article 16 permet au chef de l’État d’assumer les pleins pouvoirs en cas de crise grave — il est utilisé en avril 1961, lors du putsch des généraux d’Alger.

Cependant, le nouveau régime reste à mi-chemin du régime présidentiel et du régime parlementaire, car le Premier ministre et le gouvernement, nommés par le président de la République, sont responsables devant l’Assemblée nationale. Le 21 décembre 1958, de Gaulle est élu président de la République ; il nomme Michel Debré au poste de Premier ministre (1959-1962). En 1962, une révision constitutionnelle votée sur l’initiative de l’Élysée institue l’élection du président au suffrage universel direct, renforçant sa légitimité. Approuvée par 62,25 % des Français lors du référendum constitutionnel, cette réforme fait du président le véritable chef de la majorité.

La politique coloniale


Le problème le plus pressant à l’automne 1958 reste celui de l’Algérie. Après le retentissant « Je vous ai compris » lancé au peuple d’Alger (4 juin 1958), Charles de Gaulle semble se rallier à l’idée de décolonisation et entend profiter des succès obtenus sur le terrain pour aborder les négociations en position de force.

Dès 1959, il parle du « droit des Algériens à l’autodétermination » et, en 1960, ouvre des négociations de paix avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), provoquant l’incompréhension de nombreux Français d’Algérie et d’une partie de l’armée. En dépit des tentatives d’assassinat qui le visent, de Gaulle poursuit ces négociations jusqu’à la signature des accords d’Évian (18 mars 1962) qui reconnaissent l’indépendance de l’Algérie et sont approuvés à l’issue d’un référendum par 90 % des votants (8 avril). Ces accords exacerbent le terrorisme de l’Organisation armée secrète (OAS) sur le territoire français et surtout en Algérie, provoquant un exode vers la France de plus d’un million d’Européens qui craignent les représailles des musulmans. Selon la Constitution de la Ve République, les colonies ont le choix entre l’indépendance complète ou un régime de large autonomie au sein d’une Communauté française présidée par le chef de l’État français. En 1958, seule la Guinée de Sékou Touré choisit l’indépendance, mais rapidement les nationalistes d’Afrique noire manifestent leur volonté d’y accéder à leur tour et, en 1960, la Constitution est révisée pour permettre une séparation à l’amiable d’avec la France.

Une fois résolu le problème algérien, de Gaulle est déterminé à rehausser le prestige de la France et à lui permettre d’affirmer son indépendance dans les affaires internationales. En 1959, il ordonne la fermeture des bases de bombardiers américains en France et, en 1966, fait sortir le pays du commandement militaire intégré de l’OTAN. Pour réduire la dépendance française envers la protection nucléaire américaine, il développe une force nucléaire nationale et autonome de dissuasion : la première bombe atomique française explose à Reggane (Sahara) en février 1960. Il mène une politique d’ouverture en direction du tiers-monde, critiquant notamment l’intervention militaire américaine au Viêt Nam. De Gaulle travaille à l’édification d’une Europe forte, renforçant l’engagement de son pays dans la Communauté économique européenne (CEE) mais refusant toute évolution vers une supranationalité qui remettrait en cause l’indépendance de la France. Il met pratiquement fin à l’hostilité séculaire entre la France et l’Allemagne, signant en 1963 le traité de l’Élysée, traité d’amitié et de coopération franco-allemand avec le chancelier de la République fédérale d’Allemagne, Konrad Adenauer. © "France" . Sources Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Afrique à visiter

Photos du Maroc

Le Maroc

Photos Infos pays

Photos de la Tunisie

Photos de la Tunisie

Photos Infos pays

Infos site