Chancelier Gerhard Schröder


Aux élections législatives de septembre 1998, remportées par le SPD de Gerhard Schröder (40,9 p. 100 des voix), la CDU-CSU obtient son plus mauvais score depuis 1949 (35,2 p. 100 des voix), ce qui entraîne la démission d’Helmut Kohl de son poste de président de la CDU. Avec les Verts (6,7 p. 100 des voix), Gerhard Schröder forme un gouvernement de coalition, dont le programme inclut notamment : réforme fiscale, lutte contre le chômage, introduction d’un impôt écologique, hausse des allocations familiales, réforme du code de la nationalité (adopté en mai 1999, il introduit pour la première fois la notion de droit du sol) et abandon progressif du nucléaire. Dans les mois qui suivent son arrivée à la chancellerie, Gerhard Schröder essuie plusieurs échecs : abandon de l’interdiction de retraitement des déchets nucléaires, démission d’Oskar Lafontaine de son poste de ministre des Finances et de la présidence du SPD, qui échoit alors à Gerhard Schröder, revers électoraux lors des élections régionales, qui font perdre à la coalition gouvernementale la majorité au Bundesrat, et lors des élections européennes de juin 1999 (30,7 p. 100 des voix contre 48,7 p. 100 à la CDU-CSU).

Illumination de la porte de Brandebourg
Illumination de la porte de Brandebourg. Encarta

Johannes Rau, social-démocrate, succède en mai 1999 au chrétien démocrate Roman Herzog, devenant ainsi le huitième président de la RFA, peu après l’inauguration du nouveau Reichstag à Berlin. Dans la crise du Kosovo, l’Allemagne joue un rôle à la fois militaire et diplomatique (avec Joschka Fischer, à la tête du ministère des Affaires étrangères) et, à l’issue du conflit, elle se voit confier, après la division du Kosovo en cinq secteurs, le contrôle de l’un d’entre eux, au sein de la KFOR. L’existence d’un plan serbe de nettoyage ethnique, qui a servi de justification à cette intervention, donne lieu à un vif débat entre le gouvernement et une partie de l’armée.

l'Allemagne en 1999 / 2000


Quelques semaines après la célébration du 10e anniversaire de la chute du mur de Berlin, en novembre 1999, autour d’Helmut Kohl, Mikhaïl Gorbatchev et Georges Bush, éclate le scandale des caisses noires (financement occulte) de la CDU, qui touche de nombreuses personnalités, dont l’ex-chancelier Helmut Kohl, président d’honneur du parti, et son successeur à la tête du mouvement, Wolfgang Schäuble, contraints tous deux de démissionner. Cette affaire déclenche une profonde crise de la droite allemande, forcée de se renouveler, et permet au SPD de remporter les élections de Rhénanie du Nord-Westphalie en mai 2000.

Si la situation économique s’avère bonne avec la hausse du PIB qui atteint 3,1 p. 100, soit le niveau le plus élevé depuis le « boom » économique ayant immédiatement suivi la réunification, en revanche le gouvernement doit faire face à plusieurs problèmes sur le plan politique.

Les Verts, partenaires essentiels de la coalition gouvernementale, connaissent une série de revers électoraux dans des scrutins régionaux. L’apparition en décembre 2000 des premiers cas d’encéphalopathie spongiforme en Allemagne, alors que jusqu’alors plusieurs ministres avaient affirmé que le pays ne risquait rien, entraîne une crise au sein du gouvernement, accusé de n’avoir pas su gérer le dossier. Après la démission du ministre de l’Agriculture Karl-Heinz Funke, membre du SPD, et du ministre de la Santé Andrea Fischer, membre des Verts, en janvier 2001, la co-présidente des Verts, Renate Künast, se voit confier un ministère de l’Agriculture englobant l’alimentation et la protection des consommateurs.

Il s’agit de privilégier une agriculture plus écologiste et moins productiviste. Enfin, la reprise des convois de déchets nucléaires vers la France, qui avaient été arrêtés depuis 1998, provoque une crise au sein des Verts. Au mois de novembre 2001, les députés allemands votent la motion de confiance présentée par le chancelier Gerhard Schröder. Elle est liée à l’approbation de la « mise à disposition » de 3 900 soldats allemands pour participer à l’opération « Liberté immuable » menée par les États-Unis en Afghanistan au lendemain des attentats perpétrés contre le World Trade Center et le Pentagone deux mois auparavant. Pour la première fois, la Bundeswehr s’apprête à participer à des opérations militaires en dehors de l’OTAN. Il s’agit pour les responsables politiques allemands d’une étape supplémentaire vers une souveraineté complète de l’Allemagne.

Peu après, Gerhard Schröder est réélu à la présidence du Parti social-démocrate (SPD). Le 1er janvier 2002, l’introduction de l’euro constitue un succès en Allemagne comme dans les onze autres pays de l’Union européenne (UE) qui l’ont adopté comme monnaie unique. ©"Allemagne" Ecrit par. Sources utilisées : Encarta et le Monde et Wikipedia.

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède