Carnet Photographique

Un régime plus autoritaire


Charles X
Charles X

Sous Charles X, le régime prend un tour nettement autoritaire et réactionnaire, servi par le renforcement du rôle de l’Église. Cette évolution suscite une opposition de plus en plus vive des libéraux qui considèrent les libertés en danger.

La « loi de justice et d’amour » déposée en 1827 pour supprimer la liberté de la presse échoue devant la puissance de l’opposition libérale, et Villèle doit démissionner en 1828. Après le ministère plus libéral de Martignac (1828-1829), les ultras reviennent au pouvoir avec Polignac, qui doit faire face à la victoire des libéraux aux élections de 1830. Charles X choisit de les défier : le 25 juillet 1830, il promulgue quatre ordonnances qui restreignent la liberté de la presse, prononcent la dissolution de la Chambre, limitent le droit de vote aux dépens de la bourgeoisie en relevant le cens et organisent de nouvelles élections.

Députés et journalistes libéraux protestent contre cette atteinte à la Constitution et les travailleurs parisiens se mobilisent pour les soutenir. En trois jours de combats de rues (les « Trois Glorieuses »), ils chassent les troupes royales de la capitale. Charles X, abandonné de tous, abdique et les députés portent sur le trône le candidat de la bourgeoisie libérale conduite par Louis Adolphe Thiers, Louis-Philippe duc d’Orléans, chef de la branche cadette des Bourbons. La Charte est révisée pour enlever au roi le pouvoir de gouverner par ordonnances et le droit de vote est élargi grâce à l’abaissement du cens électoral (200 000 votants).

Le régime de Louis-Philippe Ier, roi des Français, est traditionnellement considéré comme celui du triomphe de la bourgeoisie. Après une période d’agitation émaillée de mouvements sociaux (révolte des canuts dans le Lyonnais, 1831), le régime est fermement installé. À l’extérieur, la monarchie de Juillet recherche la paix par une politique d’entente cordiale avec la Grande-Bretagne (1843) tout en donnant un second souffle à l’empire colonial français par une nouvelle politique de conquêtes (Afrique du Nord et Afrique noire, Extrême-Orient, Pacifique).

La période se caractérise plus par l’essor de la vie économique et intellectuelle que par l’intensité de la vie politique.

La croissance de la production industrielle s’accélère rapidement après 1840, faisant entrer la France en quelques dizaines d’années dans l’ère industrielle (développement de l’industrie textile, de la métallurgie, notamment sous l’impulsion des frères Schneider au Creusot ; accélération de l’exode rural) ; à titre d’exemple, l’extraction de la houille passe de 2 millions de tonnes en 1815 à 7 millions en 1848. La loi sur les chemins de fer de 1842 organise la construction d’un réseau ferroviaire national qui accélère l’industrialisation et offre aux individus une mobilité sans précédent. À l’instigation du ministre de l’Instruction publique François Guizot, une loi scolaire votée en 1833 exige que chaque commune de France dispose d’une école primaire pour les garçons, gratuite pour ceux qui ne peuvent payer les frais de scolarité (voir loi Guizot). Malgré ces progrès, la France reste très en retard par rapport à l’Angleterre qui a pris la tête de la révolution industrielle.

La révolution de 1848


La révolution de 1848
La révolution de 1848

Pourtant, à partir de 1846, le régime commence à montrer des signes d’essoufflement. Une crise politique vient bientôt s’ajouter à la crise économique des années 1846-1847. Aux libéraux du parti du Mouvement (Laffitte) succèdent rapidement les conservateurs du parti de la Résistance (Guizot). Louis-Philippe et ses ministres résistent à toutes les pressions pour adapter les institutions politiques de la nation aux changements de la société et de l’économie, refusant surtout un élargissement du droit de vote. Le régime perd de son crédit au profit des partisans de la République. En février 1848, à Paris, la troupe tire sur des manifestants républicains qui demandent le renvoi du tout-puissant Guizot. La capitale s’embrase, se hérisse de barricades, et Louis-Philippe abdique le 24 février en faveur de son petit-fils, le comte de Paris. Mais les émeutiers ont déjà envahi la Chambre et la IIe République est proclamée le 24 février 1848. La Révolution de 1848 marque l’entrée du prolétariat en politique. Un groupe de chefs républicains — parmi lesquels Lamartine, Louis Blanc, Ledru-Rollin et Arago — constitue un gouvernement provisoire. © "France" . Sources Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Afrique à visiter

Photos du Maroc

Le Maroc

Photos Infos pays

Photos de la Tunisie

Photos de la Tunisie

Photos Infos pays

Infos site