Carnet Photographique

Notre Dame de Paris une cathédrale admirable


Intérieur de la cathédrale Notre Dame
Notre Dame de Paris. Photo E. Buchot

Tel qu'il se présente actuellement, l'édifice résulte de trois principales campagnes de constructions et de remaniements : il fut entrepris vers le milieu du XIIe siècle, transformé aux XIIIe et XIVe siècle et enfin fortement restauré au siècle dernier par Viollet-le-Duc. La campagne primitive débuta vers 1160 par le chevet, sous l'épiscopat de Maurice de Sully. La consécration du maître-autel eut lieu en 1182 et certaines cérémonies se déroulaient déjà dans le chœur. À la mort de l'évêque, en 1196, l'essentiel du monument était achevé : il restait à couvrir la toiture et à réaliser la façade.

Construction de la cathédrale Notre Dame de Paris


La façade sortit de terre au début du XIIIe siècle et devait être terminée en 1245. À cette date, l'évêque Guillaume d'Auvergne (1228-1245) offrit la cloche de la tour sud. Le plan original des années 1160 comprenait une nef à cinq vaisseaux, s'inspirant peut-être de la cathédrale précédente, remontant à l'époque paléochrétienne et qui possédait également, semble-t-il, cinq vaisseaux. Le transept n'était pas saillant ; quant au chevet, il se composait d'un double déambulatoire dépourvu de chapelles rayonnantes. Les dimensions étaient considérables : 130 m de long et 35 m de haut pour le point culminant de la voûte.

Eléments architecturaux de Notre Dame


Caractère commun aux grands édifices construits autour de 1160 (comme les cathédrales de Noyon et de Laon), l'élévation comprenait quatre niveaux : des grandes arcades reposant sur des piles cylindriques, de vastes tribunes, des roses non vitrées aérant les combles et dont les meneaux adoptaient la forme d'une simple croix et de petites fenêtres hautes à une seule lancette.

Cependant, certaines différences entre le chevet et la nef témoignent vraisemblablement d'un changement d'architecte à la tête du chantier. Les colonnettes canalisant les retombées sur le mur sont appareillées dans le chœur, alors qu'elles sont en délit dans la nef (c'est-à-dire constituées de longues portions taillées dans le sens du lit de la carrière). De même, les tribunes sont obscures dans le chœur et éclairées dans la nef. À peine la façade achevée, le monument fut l'objet d'une importante campagne de transformation. Un peu avant 1250, l'architecte Jean de Chelles édifia le bras nord du transept, conçu extérieurement comme une véritable façade. Vers 1258, il jeta les fondations du bras sud, mais mourut peu de temps après. L'œuvre fut reprise par Pierre de Montreuil, le plus célèbre architecte de son temps, qui modernisa le projet de son prédécesseur.

Les chapelles de la cathédrale Notre Dame


Colonnes de l'église Notre Dame
Colonnes de l'église Notre Dame. Photo E. Buchot

Une série de chapelles furent également construites entre les contreforts de la nef et du chevet. Les fenêtres hautes furent agrandies vers le bas, ce qui entraîna la suppression des roses du troisième niveau et la reprise des arcs-boutants au dehors. Les portails des façades s'ornaient de nombreuses sculptures, très mutilées à la suite de la Révolution. La façade occidentale possède trois portails : celui de droite, le portail Sainte-Anne, emploie un ensemble plus ancien, probablement sculpté vers 1150 pour la cathédrale précédente. Celui de gauche, glorifiant la Vierge, remonte aux années 1210. Le Jugement Dernier du portail central fut réalisé à partir de deux groupes de sculptures différents, les unes sculptées vers 1210-1220 (la Vierge, saint Jean et l'Ange à la croix), les autres vers 1240 (le Christ et l'Ange au clou). Le portail du bras nord du transept (vers 1250) est une nouvelle fois consacré à la Vierge ; celui du bras sud (vers 1260) illustre le martyre de saint Étienne, auquel la première cathédrale était dédiée. Cet ensemble sculpté se poursuivait à l'intérieur par un jubé (disparu au XVIIIe siècle) et la clôture de chœur, encore conservée, développant d'un côté l'enfance du Christ et de l'autre ses apparitions après la Résurrection.

Au milieu du XIXe siècle, l'architecte Viollet-le-Duc dirigea une importante campagne de restauration. Il modifia, entre autres, l'élévation autour de la croisée du transept pour rétablir celle du XIIe siècle. Toutefois, au lieu de restituer au troisième niveau de simples roses ouvrant sous combles, il en fit un étage vitré et compliqua le dessin des meneaux. Il fit également réaliser de nouvelles statues pour remplacer celles qui avaient disparu, notamment, sur la façade occidentale, les grandes statues colonnes des portails et celles de la galerie des rois. © "Notre Dame de Paris" . Sources Encarta

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Infos site