Carnet Photographique

La Loire un fleuve sauvage


Fleuve de la Loire
La Loire. Photo Irina Nikitina

La Loire est en outre sujette à des écarts interannuels considérables. Touchée l'été par des sécheresses prolongées, elle peut s'effondrer à des débits dérisoires (48 m3/s à Montjean et 12 m3/s à Gien en août 1949, 5 m3/s à Orléans en juillet 1870). Exposée les autres saisons à diverses concomitances, averses océaniques généralisées de saison froide (nov.-déc. 1910, janv. 1936), trombes méditerranéennes liées à des précipitations atlantiques (oct. 1846, sept. 1866), pluies de printemps persistantes accompagnées de brusques fontes des neiges (mai-juin 1856), elle peut les élever à des valeurs incroyables.

La Loire roula à Montjean, en 1910, 6 500 mètres cubes par seconde ; à Fourchambault (Nièvre), en 1846, 9 800 mètres cubes par seconde, soit plus de quatre fois le débit maximal catastrophique de la Seine à Paris en janvier 1910. Hormis juillet et août, aucune période de l'année n'est sûre. L'histoire de la Loire est pleine de relations désolées de ses débordements.

Les aménagements de la Loire


Le bassin de la Loire est encore très mal aménagé. Une grande œuvre y a été, au cours des âges, réalisée : l'endiguement du fleuve entre Decize et Nantes (520 km), entrepris au XIIe siècle en Anjou pour les besoins de la navigation, poursuivi jusqu'à nos jours pour la protection des terres et des villes (levées). Mais les levées, édifiées au moyen de matériaux sableux friables et poreux, et excessivement resserrées, ne peuvent contenir les grands flots : des déversoirs doivent, à la cote critique de 5,50 m (éprouvée lors de la crue de 1825), évacuer le trop-plein des eaux.

La navigation n'a pas été plus heureuse. Soumise aux aléas du régime, des embâcles, des vents, des fonds, elle disparaissait dans les années 1850, vaincue par le chemin de fer. Les liaisons en Loire de Nantes à Angers, les jonctions par canaux avec la Seine (canal de Briare) et la Saône (canal du Centre) sont devenues désuètes. Les réalisations modernes, pour aussi intéressantes qu'elles soient, sont restées sporadiques : centrales hydroélectriques de Montpezat et de Grangent sur la Loire, de Monistrol sur l'Allier, d'Éguzon sur la Creuse, microcentrales de la haute Loire, de la Vienne et de la Mayenne ;centrales nucléaires de Chinon (22,7 milliards de kilowattheures en 1993), Saint-Laurent-des-Eaux (10,7 milliards en 1993), Dampierre-en-Burly (23,6 milliards en 1993) et Belleville, en activité depuis 1988 (16,8 milliards en 1993) ; plans d'eau de Vichy sur l'Allier, de Decize et de Blois sur la Loire, d'Angers sur la Maine.

Pour laminer les crues, soutenir les étiages, satisfaire les besoins hydriques croissants des villes, des industries, de l'agriculture, accroître les ressources énergétiques du bassin, remédier aux dangers de la pollution, d'autant plus grands que les eaux sont plus basses, la construction de barrages-réservoirs sur la Loire et ses affluents s'imposait. En 1984 était créé l'Établissement public d'aménagement de la Loire et de ses affluents dont le siège se trouve à Orléans ; cet organisme réunit six régions, quinze départements et dix-neuf villes. Dès sa création, il prône la construction de quatre barrages destinés « à mieux gérer l'eau du bassin de la Loire en veillant à la préservation de l'environnement » Deux barrages sont construits : Villerest sur la Loire et Naussac I sur l'Allier. En janvier 1994, un plan sur dix ans, « Loire grandeur nature », est adopté en Conseil interministériel.

Il comporte essentiellement trois volets : la lutte contre les inondations, l'approvisionnement en eau et la restauration des milieux naturels. Le projet de barrage de Serre de la Fare, sur la haute Loire, très contesté, est définitivement abandonné. Les barrages de Naussac II, sur le haut Allier, et Chambonchard, sur le Cher, sont autorisés ; celui du Veurdre, sur l'Allier, est reporté. En outre, la navigation est supprimée définitivement entre l'embouchure de la Maine et celle de la Vienne. Le port autonome de Nantes-Saint-Nazaire est autorisé à s'étendre mais doit en compensation céder des terrains au Conservatoire du littoral. ©

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos des Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Le Canada

Photos Infos Canada

Infos site